Matériaux philosophiques et scientifiques pour un matérialisme contemporain Volume 1

Sous la direction de Marc Silberstein
Collection : Sciences & philosophie

Cet ouvrage se compose de 2 volumes. Vous êtes sur le point d'acheter le volume 1. Le volume 2 est disponible ici.

35,00 €

  • Livre papier
  • eBook PDF
  • eBook ePub
Délais moyens : France métropolitaine (4 à 5 jours ouvrés) ; DOM-TOM (7 à 10 jours ouvrés) ; autres pays (7 à 15 jours ouvrés)
Paiement sécurisé
Livraison offerte

Le matérialisme est une position philosophique au destin paradoxal : c’est la conception d’arrière-plan de toutes les sciences abouties – il semble même aller de soi ou n’avoir besoin que de se révéler qu’en filigrane –, tout en étant dans le même temps dénigré, malmené, incompris par nombre de nos contemporains. Même dans le pays de Diderot, d’Holbach, La Mettrie… Entre indifférence et péjoration, ce terme, que certains évacuent pudiquement au profit des mots « naturalisme » ou « physicalisme », nous semble ainsi devoir être sans cesse revendiqué. C’est la raison d’un tel livre et de ce titre : Matériaux philosophiques et scientifiques pour un matérialisme contemporain. Dans la filiation des matérialistes français des Lumières et dans l’attention permanente envers les acquis des sciences actuelles et la philosophie qui a pris le parti d’écouter ses enseignements, ce livre propose un aperçu d’idées expressément matérialistes dans six domaines cruciaux, selon l’organisation thématique suivante :

(1) Philosophie du matérialisme ;

(2) Matérialisme, réductionnisme, émergence ;

(3) Philosophie de la physique ;

(4) Philosophie de la biologie ;

(5) Anthropologie philosophique ;

(6) Philosophie de l’esprit et des sciences cognitives, plus un intermède historique, soit 27 chapitres.

Ce terme de « matériaux » au début du titre indique précisément qu’il s’agit là non pas d’une somme close et injonctive, mais d’un ensemble de textes pouvant servir à comprendre la constitution perpétuelle d’un champ de recherche, d’un domaine de pensée et d’une conception du monde idoines pour saisir les enjeux ontologiques et épistémologiques actuels. La communauté savante, parfois hésitante quant à ses fondements ontologiques, prise entre des formes aseptisées de positivisme (la pseudo-neutralité des sciences) et des crispations idéalistes, a résolument besoin, pour qui veut produire une science qui pense ou une philosophie qui ne divague pas, de ces matériaux conjointement philosophiques et scientifiques.

Auteurs François Athané, Mathieu Aury, Reinaldo J. Bernal Velásquez, Delphine Blitman, Jean Bricmont, Mario Bunge, Mathieu Charbonneau, Gérard Chazal, Hugo Cousillas, Chomin Cunchillos, Pierre Deleporte, Filipe Drapeau Vieira Contim, Michael Esfeld, Luc Faucher, Laurent Jodoin, Max Kistler, Gilbert Lechermeier, Pascal Ludwig, Edouard Machery, Martin Mahner, Michel Paty, Pierre Poirier, Thibault Racovski, Christian Sachse, Marc Silberstein, Charles T. Wolfe
Titre Matériaux philosophiques et scientifiques pour un matérialisme contemporain
Sous-titre Volume 1
Édition 1re édition
Date de publication Décembre 2013
Sous la direction de Marc Silberstein
ISSN 2275-9948
ISBN 978-2-919694-51-8
eISBN 978-2-919694-20-4
Support eBook PDF (couleur et hypertextes) ; Livre papier (noir et blanc)
EAN13 Papier 9782919694518
Nombre de pages 574
Dimensions 17 x 24 cm
Prix livre papier 35,00 €
Prix eBook PDF 25,00 €
Dewey 500, 140


INTRODUCTION (page 5), Marc Silberstein, L’« unité plurielle » du matérialisme

1 | Le matérialisme comme axiome épistémique
2 | Le matérialisme en actes

Partie 1. Philosophie du matérialisme

Chapitre 1 (page 29), Martin Mahner, Le rôle du naturalisme métaphysique en science

1 | Le naturalisme et la méthode scientifique
2 | Naturalisme ou non-interventionnisme  ?
3 | La métaphysique du naturel et du surnaturel
4 | Testabilité et surnaturel
5 | Naturalisme et explication scientifique
6 | Naturalisme métaphysique versus méthodologique
7 | Conclusion

Chapitre 2 (page 69), Marc Silberstein, La fonction architectonique du matérialisme

1 | Les ontologies disponibles
2 | Néopositivisme et matérialisme
3 | L’engagement ontologique de Quine
4 | L’ontologie : du choix des principes aux tests empiriques
5 | Athéisme et antitéléologie
6 | Conclusion

Chapitre 3 (page 93), Pierre Deleporte, Le matérialisme scientifique de Mario Bunge 

1 | Un matérialisme « scientifique »
2 | Une ontologie matérialiste émergentiste
3 | Société et culture
4 | Esprit et pensées
5 | Matérialismes et dialectique
6 | Philosophie, science, morale
7 | Lire Bunge

Intermède

Chapitre 4 (page 111), Marc Silberstein, Aléas et avatars du spiritualisme français au XIXe siècle. Permanence et désuétude de la détraction du matérialisme

1 | Les acteurs du débat : spiritualisme, positivisme, matérialisme
2 | Elme-Marie Caro et la métaphysique de droit divin

2.1 | Science, métaphysique, théologie : une valse-hésitation
2.2 | La feinte ambivalence face du matérialisme : entre bienveillance hautaine et franche exaspération
2.3 | Dieu et le matérialisme chez Caro

3 | Conclusion

Partie 2. Matérialisme, réductionnisme, émergence

Chapitre 5 (page 149), Chomin Cunchillos, Matérialisme et théorie des unités de niveau d’intégration

1 | Les « limites de l’explication scientifique »
2 | La « résolution de problèmes »
3 | L’origine de la contingence
4 | L’alternative
5 | Le discours scientifique
6 | L’« indétermination » quantique
7 | Les niveaux d’intégration de la matière
8 | L’« atomisme explicatif »
9 | Le concept de niveau
10 | La théorie des unités de niveau
11 | Les unités de niveau d’intégration
12 | Les systèmes
13 | Les êtres vivants
14 | L’unité dans les niveaux biologiques
15 | La pulsation

Chapitre 6 (page 179), Maximilian Kistler, La réduction, l’émergence, l’unité de la science et les niveaux de réalité

1 | Paradigmes de réduction

1.1 | Réduction nagelienne

1.1.1 | Condition formelle centrale
1.1.2 | Conditions non formelles pour la réduction

1.2 | Le paradigme de Kemeny et Oppenheim
1.3 | La critique de Popper, Feyerabend et Kuhn
1.4 | Le «  paradigme général de réduction  » (Schaffner-Churchland-Hooker-Bickle)
1.5 | La réduction fonctionnelle (Kim)

2 | Deux concepts d’émergence
3 | Conclusion

Chapitre 7 (page 213), Mathieu Charbonneau, Le réductionnisme scientifique et le matérialisme éliminativiste

1 | Théorie classique du réductionnisme

1.1 | L’unité des sciences
1.2 | La conception « classique » du réductionnisme

2 | L’autonomie de la psychologie cognitive
3 | Le néoréductionnisme et le matérialisme éliminativiste
4 | Le matérialisme éliminativiste en sciences cognitives
5 | Conclusion. Le prophétisme antiréductionniste

Chapitre 8 (page 245), Christian Sachse, Le réductionnisme conservatif. Conserver les sciences spéciales par réduction

1 | Réductionnisme ontologique. Identité des occurrences de propriétés
2 | Des arguments réductionnistes implicitement éliminativistes
3 | Des arguments antiréductionnistes et leurs implications
4 | Le réductionnisme conservatif

Chapitre 9 (page 271), Luc Faucher & Pierre Poirier, Le nouveau réductionnisme « nouvelle vague » de John Bickle

1 | Les formes de la réduction en philosophie

1.1 | Théorie de l’identité
1.2 | Réduction interthéorique
1.3 | Réduction fonctionnelle

2 | La vraie réduction dans les vraies sciences

2.1 | La métascience
2.2 | Les conditions de l’explication en neurosciences moléculaires
2.3 | Les quatre principes
2.4 | L’explication en termes de bas niveau
2.5 | Pourquoi être réductionniste  ?

2.5.1 | Les vertus de la réduction et le modèle KO
2.5.2 | Discussion sur l’esprit étendu

2.6 | Résumé

3 | Les critiques
4 | Conclusion

Chapitre 10 (page 319), Laurent Jodoin, L’émergence et la réalité des états compatibles inobservables  : le cas de l’entropie

1 | Émergence et niveaux de réalité

1.1 | Niveaux de réalité et niveaux d’organisation
1.2 | Émergence
1.3 | Inobservables
1.4 | Réalisabilité multiple

2 | Entropie

2.1 | Formalisme

2.1.1 | Entropie de Boltzmann
2.1.2 | Entropie de Gibbs
2.1.3 | Remarques

2.2 | Discussion

2.2.1 | Niveaux de réalité, niveaux d’organisation et entités inobservables
2.2.2 | Émergence et réalisabilité multiple

3 | Conclusion

Partie 3. Philosophie de la physique

Chapitre 11 (page 367), Michel Paty, Matière et nécessité dans la connaissance scientifique 

1 | Esquisse de l’argument
2 | L’idée de nécessité, la science classique et le criticisme
3 | Connaissance et immanence
4 | L’intelligibilité des changements de connaissance
5 | Figures de la nécessité d’après les sciences contemporaines
6 | Unité, cohérence, invariance
7 | La durée temporelle et le contingent dans le nécessaire

Chapitre 12 (page 397), Jean Bricmont, Y a-t-il quelque chose de pourri au royaume de Copenhague  ?

1 | La superposition des états
2 | Le problème de la complétude de la mécanique quantique
3 | Intermède « philosophique » : pragmatisme, empirisme, réalisme
4 | La version implicite de l’interprétation orthodoxe
5 | L’objection des boîtes d’Einstein
6 | La non-localité
7 | La solution de Broglie-Bohm

Chapitre 13 (page 417), Mario Bunge, La physique quantique réfute-t-elle le réalisme, le matérialisme et le déterminisme ?

1 | Le point de vue subjectiviste
2 | Le recours à l’expérience
3 | Critique de l’interprétation subjectiviste
4 | Indétermination et décohérence
5 | La théorie quantique n’est pas liée aux observateurs
6 | La théorie quantique et le réalisme : une histoire intriquée
7 | La matière s’est-elle volatilisée ?
8 | L’indéterminisme
9 | La rationalité est-elle limitée ?
10 | Conclusion

Chapitre 14 (page 435), Michael Esfeld, Particules en mouvement  : la conception physique de la matière

1 | La théorie de la matière de Newton
2 | La matière en mécanique quantique
3 | Physique et matérialisme

Chapitre 15 (page 454), Gérard Chazal, La notion d’information et le matérialisme

1 | La théorie de l’information (Shannon et Weaver)
2 | De la machine abstraite aux thèses fonctionnalistes
3 | Le problème de l’origine de l’information
4 | Pour une conception matérialiste de l’information

Partie 4. Philosophie de la biologie

Chapitre 16 (page 481), Gilbert Lechermeier, Penser la singularité du vivant dans un cadre matérialiste 

1 | Les sciences du vivant, sciences empiriques constituées autour de l’unicité du monde vivant
2 | La singularité du vivant à travers ses modèles

2.1 | L’organisme chez Robert Rosen
2.2 | Le chemoton de Tibor Gánti
2.3 | Manfred Eigen et le modèle des hypercycles au service d’une histoire du vivant

3 | La convergence des théories scientifiques autour de ces modèles livre des facettes différentes d’une même réalité

3.1 | Définition, essence de la vie, singularité du vivant
3.2 | Comprendre la genèse du vivant

Chapitre 17 (page 525), Thibault Racovski, Faut-il éliminer le concept d’émotion  ? L’approche naturaliste de Paul Griffiths

1 | Critique des théories cognitivistes des émotions

1.1 | Le fondement des théories cognitivistes
1.2 | Les objections classiques à la théorie « simple »
1.3 | L’erreur méthodologique des théories cognitivistes selon Griffiths
1.4 | Le changement conceptuel et les espèces naturelles

2 | Une tripartition du champ des émotions ?

2.1 | L’approche psycho-évolutionniste et les « programmes affectifs »

2.1.1 | Les programmes affectifs
2.1.2 | L’explication évolutionniste des programmes affectifs

2.2 | Neurobiologie, psychologie évolutionniste et « émotions complexes »

2.2.1 | Programmes affectifs et émotions complexes
2.2.1 | Les « motivations irruptives »

2.3 | Le constructionnisme social et les « actions désavouées »

3 | La pertinence limitée des espèces naturelles pour l’étude des émotions

3.1 | L’émotion comme espèce naturelle au sens de Griffiths
3.2 | Supériorité de l’approche cladistique sur l’approche écologique
3.3 | Limites du recours aux homologies

4 | Conclusion

Sur le même thème