Matériaux philosophiques et scientifiques pour un matérialisme contemporain Volume 2

Sous la direction de Marc Silberstein
Collection : Sciences & philosophie

Cet ouvrage se compose de 2 volumes. Vous êtes sur le point d'acheter le volume 2. Le volume 1 est disponible ici.

29,00 €

  • Livre papier
  • eBook PDF
  • eBook ePub
Délais moyens : France métropolitaine (4 à 5 jours ouvrés) ; DOM-TOM (7 à 10 jours ouvrés) ; autres pays (7 à 15 jours ouvrés)
Paiement sécurisé
Livraison offerte

Le matérialisme est une position philosophique au destin paradoxal : c’est la conception d’arrière-plan de toutes les sciences abouties – il semble même aller de soi ou n’avoir besoin que de se révéler qu’en filigrane –, tout en étant dans le même temps dénigré, malmené, incompris par nombre de nos contemporains. Même dans le pays de Diderot, d’Holbach, La Mettrie… Entre indifférence et péjoration, ce terme, que certains évacuent pudiquement au profit des mots « naturalisme » ou « physicalisme », nous semble ainsi devoir être sans cesse revendiqué. C’est la raison d’un tel livre et de ce titre : Matériaux philosophiques et scientifiques pour un matérialisme contemporain. Dans la filiation des matérialistes français des Lumières et dans l’attention permanente envers les acquis des sciences actuelles et la philosophie qui a pris le parti d’écouter ses enseignements, ce livre propose un aperçu d’idées expressément matérialistes dans six domaines cruciaux, selon l’organisation thématique suivante :

(1) Philosophie du matérialisme ;

(2) Matérialisme, réductionnisme, émergence ;

(3) Philosophie de la physique ;

(4) Philosophie de la biologie ;

(5) Anthropologie philosophique ;

(6) Philosophie de l’esprit et des sciences cognitives, plus un intermède historique, soit 27 chapitres.

Ce terme de « matériaux » au début du titre indique précisément qu’il s’agit là non pas d’une somme close et injonctive, mais d’un ensemble de textes pouvant servir à comprendre la constitution perpétuelle d’un champ de recherche, d’un domaine de pensée et d’une conception du monde idoines pour saisir les enjeux ontologiques et épistémologiques actuels. La communauté savante, parfois hésitante quant à ses fondements ontologiques, prise entre des formes aseptisées de positivisme (la pseudo-neutralité des sciences) et des crispations idéalistes, a résolument besoin, pour qui veut produire une science qui pense ou une philosophie qui ne divague pas, de ces matériaux conjointement philosophiques et scientifiques.

Auteurs François Athané, Mathieu Aury, Reinaldo J. Bernal Velásquez, Delphine Blitman, Jean Bricmont, Mario Bunge, Mathieu Charbonneau, Gérard Chazal, Hugo Cousillas, Chomin Cunchillos, Pierre Deleporte, Filipe Drapeau Vieira Contim, Michael Esfeld, Luc Faucher, Laurent Jodoin, Max Kistler, Gilbert Lechermeier, Pascal Ludwig, Edouard Machery, Martin Mahner, Michel Paty, Pierre Poirier, Thibault Racovski, Christian Sachse, Marc Silberstein, Charles T. Wolfe
Titre Matériaux philosophiques et scientifiques pour un matérialisme contemporain
Sous-titre Volume 2
Édition 1re édition
Date de publication Décembre 2013
Sous la direction de Marc Silberstein
ISSN 2275-9948
ISBN 978-2-919694-52-5
eISBN 978-2-919694-20-4
Support eBook PDF (couleur et hypertextes) ; Livre papier (noir et blanc)
EAN13 Papier 9782919694525
Nombre de pages 442
Dimensions 17 x 24 cm
Prix livre papier 29,00 €
Dewey 500, 140

Partie 5. Anthropologie philosophique

Chapitre 18 (page 575), Édouard  Machery, Culture et singularité humaine

1 | L’argument de la spécificité humaine

1.1 | Prémisse 1 de l’ASH : les explications évolutionnistes
1.2 | Prémisse 2 de l’ASH : la singularité humaine
1.3 | La conclusion de l’ASH
1.4 | L’ASH

2 | Répondre à l’ASH

2.1 | L’ASH et les sciences évolutionnistes de l’homme
2.2 | Rejeter l’ASH : trois options

2.3 | Ma position

3 | La culture est une adaptation

3.1 | La disposition à la culture n’est pas un écoinçon
3.2 | Imitation, culture et singularité humaine
3.3 | L’avantage sélectif de la culture
3.4 | Expliquer la singularité humaine

4 | L’argument de la boîte noire : quand la sélection naturelle tient la culture en laisse…

4.1 | La thèse défendue
4.2 | L’argument de la boîte noire
4.3 | Exemples
4.4 | Morale

5 | L’évolution culturelle

5.1 | Explication culturelle
5.2 | La culture est un processus évolutif
5.3 | La seconde erreur de l’ASH

6 | Conclusion

Chapitre 19 (page 603), François Athané, Le nez de Cléopâtre et le démon de Laplace. Matérialismes et déterminismes en sciences sociales

1 | Le concept de matière
2 | Programme abstrait d’un matérialisme appliqué aux phénomènes humains
3 | Quel concept de matière pour une anthropologie matérialiste ?
4 | Existence de la pensée et contenus de la pensée : réticences à l’approche naturaliste de l’esprit
5 | Problèmes du matérialisme en sciences sociales
6 | Propos du présent chapitre
7 | Relativisme moral et indétermination biologique : les fondements dualistes de la sociologie française

7.1 | Le matérialisme racialiste
7.2 | La critique du paradigme du matérialisme racialiste

7.2.1 | Critique de Tarde
7.2.2 | Critique de Durkheim
7.2.3 | Examen des positions de Durkheim

7.3 | Conclusion

8 | Le matérialisme historique

8.1 | Le matérialisme historique : un second paradigme matérialiste en sciences sociales
8.2 | Éléments pour la discussion de ce paradigme
8.3 | Critique de la thèse 2 : le cas de l’histoire

8.3.1 | Trois sortes de causes
8.3.2 | La causalité et le fortuit
8.3.3 | Catégorisation des objets historiques et niveaux pertinents de généralisation
8.3.4 | Réduction de la notion de hasard
8.3.5 | Conception nomologique de l’explication causale
8.3.6 | Spécificité du discours de l’historien
8.3.7 | Critique de la position de Veyne
8.3.8 | Distinction entre l’historique et le théorique
8.3.9 | Contrefactuels appliqués au matérialisme historique

8.4 | Remise en cause de la thèse 1 et critique d’une version faible de la thèse 2 : l’exemple de l’anthropologie

8.4.1 | L’œuvre de Lucien Sebag
8.4.2 | Maurice Godelier
8.4.3 | Philippe Descola

8.5 | Conclusion générale sur le matérialisme historique

9 | Vers une ontologie matérialiste des faits sociaux

9.1 | Un troisième paradigme : les recherches de Dan Sperber

9.1.1 | Ontologie et psychologie

9.1.1.1 | Le mythe
9.1.1.2 | La culture

9.1.2 | Une nouvelle méthodologie en sciences sociales : marier les sciences sociales aux sciences cognitives
9.1.3 | Évaluation et critiques

9.2 | La question de la réduction
9.3 | Passage de l’ontologie matérialiste aux déterminismes naturels des faits culturels

10 | Un quatrième paradigme : le matérialisme évolutionniste en sciences sociales

10.1 | Psychologie évolutionniste et matérialisme  : description du quatrième paradigme
10.2 | Pourquoi le darwinisme n’implique pas le rejet des disciplines historiques

10.2.1 | Adaptation, exaptation et tympan
10.2.2 | Les trois possibilités logiques des rapports de la culture à la sélection naturelle
10.2.3 | Adaptation, histoire et invention

11 | Problèmes de l’indéterminisme

11.1 | Apparition et diffusion, invention et innovation  : histoire et science économique
11.2 | Retour aux disciplines qualitatives et interprétatives
11.3 | Indéterminisme et libre arbitre
11.4 | Réfutation de l’indéterminisme
11.5 | Le démon de Laplace et le démon de La Grille

12 | Conclusions

Chapitre 20 (page 691), Mathieu Aury, Défense du matérialisme vertueux ou Libre volonté et déterminisme modéré dans la philosophie de Daniel Dennett

1 | Le dilemme éthique du matérialisme
2 | Dennett, un naturaliste athée et un matérialiste perspectiviste
3 | Le comptabilisme de Dennett : (a) La libre volonté naturalisée
4 | Le compatibilisme de Dennett : (b) la possibilité d’une liberté dans un monde déterministe
5 | Le poids ontologique de la responsabilité

Partie 6. Philosophie de l’esprit et des sciences cognitives

Chapitre 21 (page 719), Maximilian Kistler, Jaegwon Kim et le renouveau du problème du rapport entre corps et esprit

1 | La première philosophie analytique et le « béhaviorisme logique »
2 | Le renouveau de la conception métaphysique du problème du rapport entre corps et esprit
3 | La survenance
4 | Prédicats et propriétés
5 | La faiblesse métaphysique de la survenance
6 | Multiréalisabilité et réduction fonctionnelle
7 | L’esprit : capable d’intervenir causalement dans le monde ou voué à l’élimination  ?

Chapitre 22 (page 737), Delphine Blitman, Naturaliser, est-ce « biologiciser » ? Le naturalisme des sciences cognitives et ses limites

0 | Introduction : qu’est-ce que le naturalisme des sciences cognitives  ?
1 | Le premier présupposé du naturalisme : que signifie « faire comme les sciences naturelles »  ?
2 | Le deuxième présupposé du naturalisme : comment traiter la dimension sociale de l’esprit humain ?
3 | Conclusion

Chapitre 23 (page 755), Reinaldo J. Bernal Velasquez, La conscience phénoménale, et pourquoi elle doit avoir une nature physique 

1 | La conscience et « l’effet-que-ça-fait »
2 | Le réalisme à propos de la conscience

2.1 | L’éliminativisme
2.2 | La particularité du problème de la conscience

3 | Le physicalisme à propos de la conscience

3.1 | Les items physiques
3.2 | La survenance

4 | La dualité corps-esprit

4.1 | Les esprits et les corps
4.2 | Les relations causales corps-esprit
4.3 | L’épiphénoménalisme
4.4 | Le monisme

5 | Le panpsychisme

5.1 | Le problème de la combinaison
5.2 | Le panpsychisme et les neurosciences

6 | Conclusion

Chapitre 24 (page 801), Charles T. Wolfe, Un matérialisme désincarné : la théorie de l’identité cerveau-esprit

1 | La genèse primitive de la théorie de l’identité : vitalisme et clôture causale
2 | La puissance de la réduction
3 | La théorie de l’identité
4 | Évaluation rétrospective de la théorie de l’identité
5 | Réflexions matérialistes pour conclure

Chapitre 25 (page 831), Hugo Cousillas & Pierre Deleporte, Matérialisme émergentiste et biologie de l’esprit 

1 | Matérialisme systémiste et évolutionniste : le système cérébral évolue en permanence, par lui-même et en interaction avec son environnement
2 | Matérialisme émergentiste : les propriétés émergentes du système cérébral sont l’interaction entre des sous-systèmes
3 | Conscience de soi et empathie : objets de recherche pour le matérialisme et la biologie modernes

Chapitre 26 (page 841), Filipe Drapeau Vieira Contim & Pascal Ludwig, Le physicalisme peut-il s’accommoder du fossé explicatif ? 

1 | Deux types de physicalisme
2 | Physicalisme A et explication réductive
3 | Explication réductive et analyse fonctionnelle
4 | Le physicalisme B face au problème du fossé explicatif
5 | Identités psychophysiques et inférence à la meilleure explication
6 | Les identités expliquent-elles quoi que ce soit ?
7 | Le dilemme du physicalisme B
8 | La stratégie des concepts phénoménaux : description générale
9 | Qu’est-ce qu’un concept phénoménal ?
10 | Les concepts phénoménaux comme concepts directs
11 | Les concepts phénoménaux comme concepts descriptifs
12 | Conclusion

Chapitre 27 (page 919), Maximilian Kistler, Matérialisme et réduction de l’esprit

1 | Arguments contre l’identité esprit-cerveau et contre la réductibilité de l’esprit
2 | Les propriétés mentales comme survenantes sur les propriétés du cerveau
3 | Réduction locale
4 | Le physique détermine le mental (au sens logique)
5 | Détermination nomique
6 | Conclusion

Conclusion (page 955), Marc Silberstein, Science(s) et matérialisme(s) : examen des conditions d’une synonymie

1 | De quelques nœuds gordiens de l’intrication science/philosophie
2 | De quel matérialisme parlons-nous  ?
3 | Conclusions épistémophiles et matériologiques

Les auteurs (page 967)

Bibliographie de Mario Bunge (page 975)

Sur le même thème