Economie positive et économie normative chez Marx, Mises, Friedman et Popper

Collection : E-conomiques
  • Livre papier
Paiement sécurisé
Livraison offerte pour la France métropolitaine, la Belgique et la Suisse

Une critique récurrente des sciences économiques concerne les présupposés politiques ou éthiques qu’elles sont susceptibles de charrier. Or, il existe aussi des questions économiques sans réponse satisfaisante, non à cause de tels présupposés, mais en raison de préjugés théoriques et épistémologiques que des économistes partagent quoique appartenant à des écoles de pensée divergentes, voire opposées. Cet ouvrage envisage le rapport entre analyse positive des faits socio-économiques et analyse normative des évaluations et prescriptions (sociales, économiques, politiques). Il questionne un point aveugle commun à des penseurs parfois très différents, à savoir leur volonté de résoudre des désaccords quant aux moyens et aux fins, aux actions et aux idéaux sur les institutions publiques non par un progrès de l’économie normative (l’étude scientifique des évaluations et prescriptions normatives) mais par des avancées d’économie positive (analyse des faits dont la science propose la description).

Cet ouvrage examine ce présupposé de manière critique chez trois grandes figures de l’histoire de la pensée économique : Karl Marx, Ludwig von Mises et Milton Friedman, qui ont minoré l’étude scientifique des normes en économie. Contre ce pessimisme touchant l’économie normative, attitude qui peine à se justifier et nuit aux positions économiques, politiques et éthiques de ces auteurs mêmes, l’on plaide ici, à partir des méthodologies de John Neville Keynes et de Karl Popper, pour mieux articuler l’économie positive et l’économie normative. C’est à la fois en connaissant mieux l’état positif des problèmes sociaux et en formulant des cadres théoriques pour comparer et critiquer diverses solutions normatives proposées à ces problèmes que des réponses inventives pourront surgir.

Auteurs Sina Badiei
Titre Economie positive et économie normative chez Marx, Mises, Friedman et Popper
Édition 1re
Préface Gilles Campagnolo

Remerciements

Introduction

1] Économie positive et économie normative dans la pensée contemporaine

2] Le problème posé par l’art de l’économie politique

3] Une approche analytique et historique du problème du rapport entre économie normative et économie positive

4] La critique non-normative du capitalisme chez Marx

5] La défense non-normative du laissez-faire chez Mises

6] L’économie normative et l’économie positive chez Friedman

7] L’économie normative et l’économie positive chez Popper

Chapitre 1. La critique non normative du capitalisme chdez Marx

1] Le concept de valeur chez Marx : valeur du travail ou valeur du temps de travail ?

1.1] Les trois sens du concept de valeur

1.2] Le travail, son utilité et sa durée : le problème des critères d’abstraction

2] La distinction entre le travail productif et le travail improductif chez Marx

2.1] Les critères de distinction dans le livre I

2.2] Les critères de distinction dans le livre II

2.3] Le Capital de Marx n’a pas de critères clairs pour distinguer le travail productif du travail improductif

2.4] Le rôle essentiel joué par la distinction entre le travail productif et le travail improductif dans la structure argumentative du Capital

3] Le problème de la transformation des valeurs en prix de production

3.1] Le mécanisme de la transformation des valeurs en prix de production dans le livre III

3.2] Les trois raisonnements de Marx afin de justifier la cohérence du mécanisme de la transformation

3.3] Le contexte historique de la réception du mécanisme de la transformation tel que décrit par Marx

3.4] Les critiques de Böhm-Bawerk et la riposte marxiste

3.5] Les réactions suscitées par la préface d’Engels au livre II

3.6] Les deux égalités de Marx et les critiques de Tugan-Baranowsky et de Bortkiewicz

3.7] Les tentatives de réponse à la critique de Bortkiewicz

3.7.1] L’interprétation de Kliman (TSSI)

3.7.2] L’interprétation de Moseley (MMI)

3.7.3] L’interprétation de Duménil (NI)

4] La loi de la baisse tendancielle du taux de profit

4.1. La loi telle que mise en avant dans le livre III

4.2. Les influences contraires qui ralentissent l’effet de la loi

4.3. La loi de la baisse tendancielle du taux de profit est-elle correcte ?

4.3.1. La critique de Bortkiewicz et son impact sur le taux de profit

4.3.2. Le théorème d’Okishio

4.3.3. Le taux de profit dans les secteurs qui produisent les biens consommés par les travailleurs

4.3.4. Le caractère erroné de la loi de la baisse tendancielle du taux de profit

5] Peut-on critiquer le capitalisme de manière non-normative ?

Chapitre 2.  Les fondements épistémologiques et philosophiques de la théorie de Marx

1] Les critiques épistémologiques adressées au marxisme au XXe siècle

1.1] Les critiques de Mises

1.2] Les critiques de Hayek

1.3] Les critiques de Popper

2] De L’idéologie allemande au Capital : les trois épistémologies de Marx

2.1] La position épistémologique de Marx dans les Grundrisse

2.2] Le rapport entre l’ordre conceptuel et l’ordre historique dans l’œuvre de Marx

2.3] La position épistémologique de Marx dans L’idéologie allemande

2.4] La position épistémologique de Marx dans Le Capital

3] L’épistémologie historiciste mais non-déterministe de Marx

Chapitre 3. La défense non normative du laissez-faire chez Mises

1] La science a priori de l’action humaine

1.1] Le caractère formel des notions de bonheur et d’utilité dans la praxéologie

1.2] Le caractère téléologique du changement dans la sphère sociale

1.3] La praxéologie et l’histoire entendues comme deux branches distinctes des sciences de l’action humaine

1.4] Le rôle de l’understanding dans les actions quotidiennes

1.5] La révolution marginaliste et la limite de la notion objective d’utilité de travail

1.6] La division de travail et la coopération sociale

2] Les actions économiques : l’économie comme branche de la praxéologie

2.1] L’origine du profit et de la perte dans les affaires économiques

2.2] L’économie de marché comme unique forme rationnelle d’organisation économique

3] Critique de la théorie économique et de l’épistémologie aprioriste de Mises

3.1] L’antipositivisme de Mises

3.2] Des désaccords normatifs sont-ils réductibles à des désaccords positifs ?

3.3] L’action humaine, l’esclave et le prisonnier

3.4] Les différences individuelles

3.5] Pourquoi coopérer malgré les différences individuelles ?

3.6] L’économie de marché et les monopoles

3.7] Le pouvoir d’achat de l’argent

3.8] La théorie monétaire de Mises vis-à-vis de celle de Menger

4] Remarques conclusives sur Mises

Chapitre 4. Milton Friedman : quel rapport entre l’économie positive et l’économie normative ?

1] The Methodology of Positive Economics

1.1] Le rôle de la prédiction au sein de l’économie positive

1.2] L’interaction entre les scientifiques et les objets d’étude en physique quantique et en économie

1.3] Le caractère dit performatif des théories économiques positives

1.4] Le rapport entre économie positive et économie normative

1.5] La méthodologie de l’économie positive selon Friedman

1.6] Trois critiques adressées aux réflexions friedmaniennes au sujet du caractère réaliste ou non réaliste des présupposés

1.7] Le rôle que les présupposés peuvent jouer

2] Prédictions et liberté dans l’économie normative de Friedman

2.1] La liberté comme idée normative principale chez Friedman

2.2] Le conflit entre liberté politique et liberté économique

2.3] La liberté économique comme norme privilégiée par Friedman

2.4] Prédictions ou liberté ?

Chapitre 5. Économie positive et écnomie normative chez Popper

1] Quelle épistémologie pour l’économie positive ?

1.1] Unité méthodologique de toutes les sciences

1.2] Falsifiabilité face à Hume, Kant et le Cercle de Vienne

1.3] Les limites de la falsifiabilité

1.4] Falsifiabilité ou vérifiabilité ?

1.5] Peut-on utiliser la falsifiabilité dans les sciences sociales positives ?

1.6] Logique situationnelle comme la méthode principale des sciences sociales positives

1.7] La logique situationnelle dans Misère de l’historicisme

1.8] La logique situationnelle dans La Société ouverte et ses ennemis

1.9] La logique situationnelle dans « The Logic of the Social Sciences »

1.10] La logique situationnelle dans « Models, Instruments, and Truth »

2] L’économie normative chez Popper

2.1] L’irréductibilité des décisions aux faits

2.2] Le rapport entre l’économie normative et l’économie positive

2.3] Les idées de Popper au sujet de l’économie normative

Conclusion

Bibliographie analytique

I. Marx et l’école marxienne

Œuvres de Marx et de l’école marxienne

Études sur Marx et sur l’école marxienne

II. Mises et l’école autrichienne

Œuvres de Mises et de l’école autrichienne

Études sur Mises et l’école autrichienne

III. Friedman et l’école de Chicago

Œuvres de Friedman et de l’école de Chicago

Études sur Friedman et l’école de Chicago

IV. Textes de Popper et sur Popper

V. Autres ouvrages et articles cités ou consultés

A. Théorie économique et philosophie de l’économie

Ouvrages et articles généraux

Économie politique

Méthodologie

Économie positive et économie normative

Théories de la justice

Économie et performativité

Théories du néolibéralisme

Sciences sociales et théorie de l’action

B. Philosophie des sciences et épistémologie

Ouvrages généraux

Physique et mécanique quantique

C. Autres œuvres philosophiques et historiques

Index nominum