Oser penser avec Emilie du Châtelet, D’Alembert, Poincaré… La distinction entre croire et savoir

Collection : Essais

14,00 €

  • Livre papier
rance métropolitaine (± 3 jours ouvrés pour l'envoi gratuit) ; DOM-TOM (± 5 jours ouvrés) ; Autres pays (environ 8 jours ouvrés pour l'envoi gratuit ; vous avez aussi le choix dans le bon de commande d'un envoi rapide mais payant).
Paiement sécurisé

Pourquoi s’intéresser aujourd’hui à la distinction entre croire et savoir, dix ans après la première édition de ce livre ? La science ne s’est-elle pas libérée, depuis l’énoncé du postulat d’objectivité par Galilée et Descartes au XVIIe siècle, du joug de la théologie et de la religion ? Ces deux penseurs n’ont-ils pas proscrit, dans l’activité scientifique, les causes finales ?

Si l’on considère actuellement l’ampleur du mouvement créationniste qui veut s’immiscer dans l’enseignement des sciences et dans la théorie et la pratique scientifiques, on peut non pas en douter mais se dire qu’il est important de rappeler que la science et le domaine de la foi ont des droits séparés.

Revenir aux moments de la formulation du postulat d’objectivité – lors de l'essor des sciences modernes puis des révolutions de la pensée mues par le mouvement des Lumières, notamment à travers les fermes résolutions d'Emilie du Châtelet – pour enquêter sur la manière dont la science s’est construite par l’affirmation de son autonomie et de son indépendance à l’égard de toute référence à Dieu est un moyen utile pour contrecarrer toute tentative de brouiller les cartes entre croire et savoir.

Auteurs Véronique Le Ru
Titre Oser penser avec Emilie du Châtelet, D’Alembert, Poincaré…
Sous-titre La distinction entre croire et savoir
Édition Nouvelle édition revue et augmentée (1re éd. "La Science et Dieu", Vuibert, 2010)
ISBN 978-2-37361-250-9
eISBN 978-2-37361-251-6
Support papier et ebook pdf
EAN13 Papier 9782373612509
EAN13 PDF 9782373612516
Nombre de pages 150
Dimensions 14,8 x 21 cm
Prix livre papier 14 €

Introduction (page 5). Le postulat d’objectivité

Chapitre 1 (page 15). Deux lectures différentes du livre de la nature : celle de Kepler tournée vers Dieu et celle de Galilée tournée vers l’expérience

Chapitre 2 (page 31). Les savants et l’accusation d’impiété au XVIIe siècle

Chapitre 3 (page 47). Les Institutions de physique d’Émilie du Châtelet : un guide pour la recherche

Chapitre 4 (page 59). Émilie du Châtelet : oser penser

Chapitre 5 (page 75). Passage d’une utilisation métaphysique des principes d’économie et de simplicité à une utilisation scientifique de ces principes métaphysiques

Chapitre 6 (page 91). Les principes d’économie et de simplicité se réfèrent-ils à la nature et à Dieu, son créateur, ou à la science ?

Chapitre 7 (page 107). Le conventionnalisme de Poincaré ou la régulation des rapports entre science et métaphysique

Chapitre 8 (page 119). La science peut et doit se passer de Dieu

Conclusion (page 139). Le créationnisme : asile de l’ignorance

Bibliographie (page 145)

Sur le même thème