L'épistémologie française 1830-1970

Sous la direction de Michel Bitbol & Jean Gayon
Collection : Sciences & philosophie

29,00 €

  • Livre papier
  • eBook PDF
  • eBook ePub
Livraison : France métropolitaine (2 jours ouvrés) ; DOM-TOM (7 à 10 jours ouvrés) ; Autres pays (7 à 15 jours ouvrés)
Paiement sécurisé
Livraison offerte

Épistémologie française, cela peut signifier deux choses. C’est d’une part une entité géographique (l’ensemble des épistémologues de langue et de culture française), d’autre part le nom d’une forme de pensée spécifique, qui affirme la solidarité de problèmes (allant de la théorie des fondements de la connaissance à la philosophie des sciences) que d’autres traditions tendent à dissocier.
Les études rassemblées ici ont un double objectif. Le premier est d’identifier les écoles de pensée et les institutions. L’attitude adoptée par des penseurs français tels que Pierre Duhem, Henri Poincaré, Louis Rougier relativement au positivisme est étudiée, mais aussi l’influence d’auteurs tels que ce même Duhem et Emile Meyerson sur la philosophie américaine des sciences (Quine, Kuhn). Sont aussi examinés les auteurs qui ont établi un dialogue entre épistémologie et histoire des sciences, et les institutions qui ont favorisé ce dialogue.
Le second objectif a trait aux grandes figures de la philosophie des sciences en France. On examine d’abord les auteurs qui ont présenté des vues générales sur la science, avant et après l’apparition du mot «  épistémologie » : Auguste Comte, Antoine-Augustin Cournot, Claude Bernard, Gaston Bachelard. Puis sont considérées les contributions à la philosophie des sciences spéciales  : logique et mathématiques (Jacques Herbrand, Jean Nicod, Jean Cavaillès), sciences physiques et chimiques (Henri Poincaré, Emile Meyerson, Alexandre Kojève, Jean-Louis Destouches), biologie et médecine (Félix Ravaisson, Georges Canguilhem), enfin le droit (Charles Eisenman).

Auteurs Michel Bitbol, Annie Bitbol-Hespériès, Jean-François Braunstein, Anastasios Brenner, Laurent Clauzade, Jacques Dubucs, Paul Egré, Gad Freudenthal, Jean Gayon, Gilles-Gaston Granger, Gerhard Heinzmann, Gérard Jorland, Jacques Lambert, Sandra Laugier, David Lévy, Jean-Claude Pariente, Emmanuel Picavet, Léna Soler, Antonia Soulez
Titre L'épistémologie française
Sous-titre 1830-1970
Édition 2e édition (1re édition, PUF, 2006)
Date de publication avril 2015
Sous la direction de Michel Bitbol & Jean Gayon
ISSN 2275-9948
ISBN 978-2-919694-91-4
eISBN 978-2-919694-90-7
Support eBook PDF ; Livre papier
Nombre de pages 466
Dimensions 17 x 24 cm
Prix livre papier 29 €
Prix eBook PDF 14,99 €
Mots-clé histoire de la philosophie, épistémologie historique
CLIL 3916, 3133
Dewey 120, 501, 509

Préface à la seconde édition (2015), Jean Gayon & Michel Bitbol (page 5)

Introduction, Michel Bitbol & Jean Gayon (page 11)

CHAPITRE 1 (page 17), Anastasios Brenner, Un « positivisme nouveau » en France au début du XXe  siècle (Milhaud, Le Roy, Duhem, Poincaré)

1] La constitution d’un mouvement intellectuel
2] Les réponses de Poincaré et de Duhem
3] L’impact de la controverse
4] Conclusion

CHAPITRE 2 (page 31), Antonia Soulez, La réception du Cercle de Vienne aux congrès de  1935 et  1937 à Paris ou le « style Neurath »

1] Le Cercle de Vienne au Congrès de 1935 à Paris
2] Le Cercle de Vienne au congrès Descartes de 1937 à Paris
3] Les raisons des réticences françaises

3.1] Première raison : l’allergie au symbolisme
3.2] Deuxième raison : la « nouvelle logique »
3.3] Troisième raison : l’objection d’une « philologie scientifique » au lieu d’une théorie de l’unité de la science (Cavaillès)
3.4] Quatrième raison : l’esprit des Lumières sociales, ou le style neurathien d’une synopsis

4] En conclusion : Neurath et Couturat

CHAPITRE 3 (page 67), Sandra Laugier, Duhem, Meyerson et l’épistémologie américaine postpositiviste

1] Holisme, instrumentalisme, ontologie
2] Théorie physique et traduction
3] Le réalisme et l’histoire

CHAPITRE 4 (page 91), Jacques Lambert, L’épistémologie française et le Cercle de Vienne : Louis Rougier

1] Les grandes thèses sur les systèmes formels
2] Les grandes thèses sur les vérités empiriques

2.1] Le critère vérificationniste de la signification empirique
2.2] Critique du physicalisme et de la conception unitaire de la science
2.3] Aspect conventionnel d’une séparation trop nettement établie entre les énoncés analytiques et les énoncés synthétiques
2.4] Limitation de l’exigence de vérification directe
2.5] La métaphysique et les problèmes

3] Conclusion

CHAPITRE 5 (page 109), Gad Freudenthal, Hélène Metzger (1888-1944)

1] Hélène Metzger : une esquisse biographique
2] Épistémologie des sciences de la nature et herméneutique de l’histoire des sciences selon Hélène Metzger

2.1] L’épistémologie de la découverte scientifique : le rôle de l’a priori dans la constitution des sciences de la nature
2.2] L’herméneutique de l’histoire des sciences : le rôle de l’a priori dans la constitution du savoir historique

3] Conclusion

CHAPITRE 6 (page 151), Gérard Jorland, La notion de révolution scientifique : le modèle de Koyré

CHAPITRE 7 (page 165), Jean-François Braunstein, Abel Rey et les débuts de l’Institut d’histoire des sciences et des techniques (1932-1940)

1] L’Institut d’histoire des sciences et des techniques (1932-1940)

1.1] Un projet ambitieux
1.2] Les activités de l’Institut

2] Abel Rey et l’histoire des sciences

2.1] Science et philosophie
2.2] L’« histoire générale » des sciences
2.3] Science et religion
2.4] « Outillage mental » et histoire de la raison

CHAPITRE 8 (page 185), Laurent Clauzade, Histoire des sciences et philosophie des sciences dans la philosophie d’Auguste Comte

1] La philosophie comtienne des sciences

1.1] La philosophie positive
1.2] Une épistémologie historique  ?

2] Ordre dogmatique et ordre historique
3] La véritable histoire scientifique

3.1] La méthode historique
3.2] La loi des trois états

4] L’histoire des sciences dans les sciences
5] Conclusion

CHAPITRE 9 (page 199), Jean-Claude Pariente, Criticisme et réalisme chez Augustin Cournot

1] Cournot critique de Kant
2] Le logique et le rationnel
3] La connaissance et le réel

CHAPITRE 10 (page 217), Jean Gayon, Les réflexions méthodologiques de Claude Bernard  : structure, contexte, origines

CHAPITRE 11 (page 237), Jean-Claude Pariente, Rationalisme et ontologie chez Gaston Bachelard

CHAPITRE 12 (page 267), Jacques Dubucs, Jean Nicod, l’induction et la géométrie

1] Des Principia Mathematica au problème de l’induction

1.1] Induction, logique et probabilité
1.2] Le « critère de Nicod »
1.3] La discussion du théorème de convergence

2] Géométrie naïve

2.1] L’insidieuse simplicité des conventions
2.2] Une axiomatique du sens commun

CHAPITRE 13 (page 283), Jacques Dubucs & Paul Égré, Jacques Herbrand

1] La lecture des Principia
2] La rencontre avec le programme de Hilbert
3] L’année allemande
4] Métamathématique et philosophie des mathématiques : la situation de Herbrand

4.1] Peut-on définir l’évidence effective ?
4.2] Signes mathématiques, référence et déréférence

CHAPITRE 14 (page 303), Gilles-Gaston Granger, Mathématiques et rationalité dans l’œuvre de Jean Cavaillès

1] Contexte philosophique
2] Mathématiques et rationalité
3] Forme et contenu
4] Histoire et dialectique
5] Conscience et concept

CHAPITRE 15 (page 311), Gerhard Heinzmann, La philosophie des sciences de Henri Poincaré

1] Le conventionnalisme en géométrie et son extension en physique
2] Raisonnement mathématique, logique et arithmétique

CHAPITRE 16 (page 331), David Lévy, Émile Meyerson

1] L’explication scientifique
2] La cause
3] Le rôle de l’identification dans l’explication causale
4] La plausibilité
5] Le mécanisme et la mécanique classique vus par Meyerson
6] Les raisons du succès de la mécanique
7] Les grands principes de conservation de la mécanique et de la chimie
8] L’atomisme
9] L’élimination du temps
10] Les limites de la mécanique. L’irrationnel
11] Les autres irrationnels
12] Conclusion

CHAPITRE 17 (page 347), Léna Soler, Alexandre Kojève et l’épistémologie

1] Situation singulière de l’épistémologie kojévienne
2] L’Idée du déterminisme  : objectifs internes, objet d’étude et style de l’analyse
3] Rapporter toute connaissance au sujet de cette connaissance : l’identification du déterminé et du prévisible
4] Première constellation conceptuelle : autour des notions de structures causale et statistique du monde

4.1] Présentation des concepts mis en jeu : déterminismes causal et statistique, exact et approché
4.2] Application des concepts élaborés : les affirmations de la physique classique à propos du déterminisme

5] Seconde constellation conceptuelle  : différents sujets de la science rapportés chacun à un type caractéristique de monde

5.1] Sujet biologique et monde biologique/sujet gnoséologique et monde décrit par la science
5.2] Le sujet de la physique, classiquement conçu comme un sujet mathématique
5.3] Nécessité d’introduire un sujet et un monde spécifiquement physiques
5.4] La perturbation du mesuré par le mesurant
5.5] Nature du sujet physique

6] Thèse centrale  : le monde quantique ne possède pas de structure causale, mais une structure statistique

6.1] Le monde quantique ne possède pas de structure causale, ni en fait ni en principe
6.2] Le monde quantique possède une structure statistique

7] Penser les rapports entre les mondes classique et quantique

7.1] Monde classique et monde quantique : deux mondes apparemment incompatibles
7.2] Le monde classique et le déterminisme causal sont des concepts métaphysiques
7.3] Impossibilité de l’interprétation fictionaliste de la physique quantique

8] Réalisme, phénoménisme, subjectivisme et physique quantique
9] Le sujet physique kojévien après le paradoxe EPR
10] Situation de l’épistémologie dans le projet kojévien

10.1] La quête fondamentale de Kojève
10.2] L’influence de Koyré : l’étroite imbrication entre science, religion et philosophie
10.3] Le philosophe face à la science

CHAPITRE 18 (page 365), Michel Bitbol, Jean-Louis Destouches et la théorie quantique

CHAPITRE 19 (page 377), Annie Bitbol-Hespériès, Ravaisson et la philosophie de la médecine

1] Ravaisson : une philosophie de la vie

1.1] Contexte de la publication de De l’habitude
1.2] Ravaisson et la philosophie de la médecine dans De l’habitude

2] Un animisme, plutôt qu’un vitalisme, tiré de médecins, et qui rayonne sur toute la philosophie de Ravaisson

2.1] Ravaisson et le vocabulaire de la médecine
2.2] L’animisme de Ravaisson et sa dénonciation claire et constante du mécanisme

CHAPITRE 20 (page 393), Jean Gayon, Le concept d’individualité dans la philosophie biologique de Georges Canguilhem

CHAPITRE 21 (page 425), Emmanuel Picavet, Eisenmann et Kelsen : éléments d’une filiation épistémologique

1] Épistémologie de la théorie pure du droit

1.1] La question de la justice constitutionnelle : le maître et le disciple
1.2] Nature et protection des libertés

2] Science du droit et connaissance du social
3] La question de la validité des normes
4] Conclusion
Annexe] Repères sur la vie et la carrière de Charles Eisenmann

Index onomastique (page 449)

Revue d'histoire des sciences, t. 69/1 (janvier-juin 2016), p. 174-176 : 

Télécharger

Sur le même thème