Les matérialismes et la chimie Perspectives philosophiques, historiques et scientifiques

Sous la direction de François Pépin
Collection : Sciences & philosophie

25,00 €

  • Livre papier
  • eBook PDF
  • eBook ePub
Délais moyens : France métropolitaine (4 à 5 jours ouvrés) ; DOM-TOM (7 à 10 jours ouvrés) ; autres pays (7 à 15 jours ouvrés)
Paiement sécurisé
Livraison offerte

La chimie a longtemps été délaissée par la philosophie et l’histoire des sciences. Elle offre pourtant de riches perspectives, en particulier pour la réflexion sur le matérialisme. Elle peut tout d’abord servir de ressource pour argumenter une thèse matérialiste, comme le montre son usage par plusieurs penseurs matérialistes classiques (Gassendi, Diderot, d’Holbach). N’est-elle pas par excellence un savoir se prêtant à des analyses matérialistes, voire une science développant par son étude de la matière une sorte de matérialisme spontané ? Pourtant, elle a aussi pu être exploitée par des adversaires du matérialisme, devenant un terrain d’affrontement philosophique. Mais son rôle le plus intéressant semble la manière dont la chimie rénove le questionnement matérialiste. Loin d’être une simple source de résultats exploitables, la chimie permet un nouveau rapport à la matière, plus opérationnel et pratique. L’accent sur la matière, ses forces et ses qualités est d’ailleurs un trait non trivial du matérialisme chimique. Le matérialisme peut-il par la chimie (re)devenir une philosophie de la matière ? Y a-t-il un matérialisme spécifiquement chimique ? La chimie invite la réflexion philosophique à prendre en considération les cultures expérimentales et pratiques, l’effort théorique mais aussi l’imaginaire développés au sein du travail de la matière. Ce livre collectif s’intéressera aux questions originales que la chimie fait naître, en articulant la philosophie, l’histoire des sciences (de l’alchimie au XXIe siècle) et un état des lieux sur certains travaux de la science contemporaine.

Auteurs Laurent Boiteau, François Henn, Bernard Joly, Jean-Pierre Llored, François Pépin, Luc Peterschmitt, Joachim Schummer
Titre Les matérialismes et la chimie
Sous-titre Perspectives philosophiques, historiques et scientifiques
Édition 1re édition
Date de publication Octobre 2012
Sous la direction de François Pépin
ISSN 2275-9948
ISBN 978-2-919694-31-0
eISBN 978-2-919694-14-3
Support eBook PDF (couleur et hypertextes) ; Livre papier (noir et blanc)
EAN13 Papier 9782919694310
Nombre de pages 234
Dimensions 17 x 24 cm
Prix livre papier 25 €
Prix eBook PDF 18,00 €
Dewey 140, 540

Introduction, François Pépin, Quelles perspectives chimiques pour le matérialisme ? (page 9)

1 | La chimie dans l’histoire du matérialisme                                

1.1 | La position subalterne de la chimie                                          

1.2 | Les matérialistes et la chimie : une histoire refoulée ?            

1.3 | L’historiographie matérialiste et la chimie                            

2 | Le matérialisme du XXe siècle : une redécouverte de la chimie ?  

2.1 | Le matérialisme rationnel                                                      

2.2 | Le matérialisme dialectique chimique                                    

3 | Quelles perspectives chimiques pour le matérialisme ?                  

3.1 | La spécificité opérationnelle de la chimie                              

3.2 | Un matérialisme de l’hétérogène : la matière et les matières                                                      

3.3 | Un matérialisme méthodologique ?

3.4 Les effets matérialistes de la chimie                                    

Chapitre 1, Bernard Joly, Les alchimistes étaient-ils des matérialistes ? Quelques remarques sur le psychisme humain et l’esprit du monde (page 41)

1 | Les interprétations psychologiques de l’alchimie                          

2 | Les distorsions littéraires de l’alchimie                                          

3 | L’alchimie est une philosophie naturelle                                        

4 | La matérialité de l’Esprit du Monde                                              

Chapitre 2, Luc Peterschmitt, Une chimie non matérialiste est-elle possible ? L’interprétation phénoméniste de la chimie selon Berkeley       (page 65)

1 | Chimie et matérialisme métaphysique                                            

2 | Chimie et matérialisme ontologique                                              

3 | Chimie et matérialisme méthodologique                                        

4 | Les enjeux du phénoménisme berkeleyen                                      

Chapitre 3, Joachim Schummer, L’opposition de la matière et de la forme… et son dépassement  (page 89)

1 | Matière versus forme                                                                      

2 | La dématérialisation philosophique du monde                              

3 | Un aperçu sur la perspective de la matière                                    

3.1 | La perspective quotidienne de la matière                              

3.2 | Les propriétés scientifiques de la matière                              

3.3 | La structure logique des propriétés chimiques et de la connaissance chimique                                                

3.4 | Les substances chimiques et la hiérarchie opérationnelle des matières                                                  

4 | Les limites de la philosophie de la forme en chimie                    

5 | Les limites de la philosophie de la matière en chimie                  

6 | Conclusion                                                                                    

Chapitre 4, Jean-Pierre Llored, Les chimistes et l’hétérogène (page 115)

1 | Relations, caractérisations et « affordances »                                

2 | Émergence et inexhaustivité                                                          

3 | Matériologie et interfaces                                                              

4 | Interfaces, chimie et matériaux                                                    

5 | Interfaces et calculs quantiques chimiques                                  

6 | Conclusion. Les chimistes et l’hétérogène                                   

Chapitre 5, François Henn & Laurent Boiteau/François Pépin, Matière, matérialisme et statut du vivant. Entretien avec deux chimistes (page 143)

0 | Présentation des intervenants                                                        

1 | Qu’est-ce que la matière pour un chimiste contemporain ?        

2 | En tant que chimistes, vous sentez-vous concernés par les réflexions philosophiques sur la matière, en particulier par le projet matérialiste consistant à rendre raison de tout ce qui existe par des agents, des propriétés et des relations matériels ?

3 | Le statut du vivant (ou de la biologie) étant une des questions récurrentes dans l’histoire des rapports entre chimie et philosophie matérialiste, comment les chimistes envisagent-ils aujourd’hui le vivant ?                                                                

4 | Quel apport la chimie peut-elle offrir aux questions d’origine, en particulier celle du vivant et de la Terre ?                                

Chapitre 6, Laurent Boiteau, Quand la chimie interroge l’origine du vivant (page 181)

1 | Introduction. Pour tenter de situer la problématique                

1.1 | Définir le vivant ?                                                                  

1.2 | Quelles options philosophiques pour une origine ? Un phénomène naturel ?                                                      

1.3 | Une « génération spontanée » à l’échelle cosmique ?          

1.4 | Une question historique                                                        

2 | Vivant/inanimé, des chimies différentes (quelques caractères essentiels du vivant qui font sens pour le chimiste)                    

2.1 | La logique moléculaire du vivant                                        

2.2 | La matière organique                                                            

2.3 | Des systèmes dynamiques (hors de l’équilibre thermodynamique)                                                              

2.4 | Reproduction et autocatalyse                                                

2.5 | Asymétrie et homochiralité                                                  

2.6 | Des limites d’une métaphore : la cellule vivante est-elle une usine chimique ?                                                

3 | Interroger les origines du vivant : l’évolution chimique              

3.1 | L’origine qui manque : une approche historique difficile    

3.2 | Sur l’identité apparente entre matière vivante et matière organique – une question d’oxygène                                      

3.3 | Chimie prébiotique – la synthèse des briques                      

3.3.1 | Le scénario du monde d’ARN, limites et promesses    

3.3.2 | Les limites d’une certaine chimie prébiotique « préparative »                                        

3.4 | Émergence et auto-organisation, et la question énergétique                                                      

3.4.1 | Chercher des conditions favorisant le confinement    

3.4.2 | Prendre en compte les paramètres énergétiques, une approche protométabolique                                

3.4.3 | La question du premier apparu, ou bien la coémergence/coévolution ?                                    

4 | La chimie systémique, une voie pour que la chimie prenne une dimension historique ?                                                            

4.1 | À la base, la chimie n’est pas une science historique…      

4.2 | Appréhender la complexité en chimie                                

4.3 | De la complexité (expérimentale) dans la chimie prébiotique systémique                                                          

4.4 | Conclusion : comment la chimie peut-elle devenir « histoire naturelle »                                                 

Auteurs & résumés (page 225)

Sur le même thème