Hard Modernity La perfection du capitalisme et ses limites

Collection : E-conomiques

29,00 €

  • Livre papier
France métropolitaine (3 jours ouvrés) ; DOM-TOM (7 à 10 jours ouvrés) ; Autres pays (7 à 15 jours ouvrés).
Paiement sécurisé
Livraison offerte

Aldo Haesler tente ici de donner une nouvelle explication de la genèse et de la dynamique particulière de la modernité. Son avènement ne serait pas tant dû à la science nouvelle, à la philosophie moderne ni même à l’économie capitaliste, mais tiendrait essentiellement à une nouvelle manière de concevoir les relations humaines. De jeu à somme nulle (un gagnant et un perdant), la relation est devenue jeu à somme positive (toutes les parties gagnent) ; de réseau d’endettement, elle est devenue une source d’effervescence et d’émulation réciproques. Là est le socle commun des explications classiques de la modernité, de Marx et Weber jusqu’aux plus récentes. Ces jeux qui structurent tous nos rapports à autrui, au monde et à nous-mêmes, le font au moyen de médias de communication qui, dans les sociétés non modernes, sont de l’ordre du pouvoir, de la croyance, mais aussi de la beauté et de la justice, alors qu’avec le développement de la modernité, c’est l’argent qui s’est progressivement substitué à ces médias traditionnels. D’instrument de règlement partiel des dettes, l’argent est devenu médium généralisé, à la fois le maître-étalon d’un nombre de plus en plus grand de relations, et en même temps leur principe dynamique. En tant qu’étalon de toute mesure, l’argent tendra à libérer toutes les relations de leurs entraves traditionnelles ; mais, en même temps, il rendra invisibles ceux qui, dans un jeu à somme positive, devront en assumer les coûts. Car, dans un monde aux ressources limitées, le gain multiple se solde nécessairement par un tiers invisibilisé qui doit en endosser les conséquences. En tant que principe dynamique, l’argent s’émancipe peu à peu de son substrat matériel, ce qui rend sa circulation de plus en plus rapide et invasive. Il atteint aujourd’hui, sous sa forme électronique, son stade de perfection phénoménale. S’effaçant de nos seuils de conscience, il échappe à notre emprise réflexive. Sa libre prolifération fera des relations « effervescentes » le standard de toute relation et de la dette, un signe d’exclusion. Telle est la situation de la modernité dure qui concourt à faire de la modernité capitaliste contemporaine le régime socio-culturel le plus stable que l’humanité ait connu depuis ses origines. Mais la stabilité n’est pas, dans ce contexte, une vertu. Serait-ce le véritable défi de ceux qui souhaitent en sortir ?

Auteurs Aldo Haesler
Titre Hard Modernity
Sous-titre La perfection du capitalisme et ses limites
Édition 1re
Date de publication Mai 2018
ISSN 2427-4933
ISBN 978-2-37361-156-4
eISBN 978-2-37361-157-1
Support papier, pdf, ePub
EAN13 Papier 9782373611564
EAN13 PDF 9782373611656
EAN13 ePub 9782373611571
Nombre de pages 588
Dimensions 16,4 x 24 cm
Prix livre papier 29 €
Prix ebook ePub 19,99 €
Prix eBook PDF 19,99 €
Mots-clé capitalisme, modernité, argent

Avant-propos [page 5]

Première partie. Présentation

Prologue [page 11]

Contenu analytique

Chapitre 1. L’argument [page 23]

De-cashing 

Chapitre 2. La modernité capitaliste [page 53]

Réécrire le projet moderne 

Questions de méthode

Deuxième partie. Méthode et terrain

Chapitre 3. Esquisse d’une théorie relationniste du changement social [page 75]

Une vocation perdue et peut-être retrouvée

Paradigmes sociologiques du changement social

Esquisse d’un modèle

Le cadre relationnel d’une théorie du changement social

Digression sur les états de conscience

Un modèle pentagonal 

Conclusion

Chapitre 4. Une période de seuil : la Grande transformation II [page 123]

Espace d’expérience et horizon d’attentes 

Une nouvelle époque de seuil dans la modernité : les premières années 1970 

1. Épuisement 

2. Le passage au capitalisme hard

3. La raréfaction des ressources d’utopie

4. Les techniques interpassives

5. Décrochages socio-démographiques

6. Nouvelles territorialités, nouvelles temporalités

7. Une esthétique hard, des médiateurs mous

Les crises de la modernité capitaliste

Conclusion

Chapitre 5. Quatre conjectures:  posthistoire, surmodernité, postmodernité et protomodernité [page 175]

L’éternel retour du même 

Digression sur la reconnaissance

Une nouvelle ère ? 

Apprendre de l’histoire 

Une longue attente 

D’une conjecture l’autre 

Conclusion 

Troisième partie. Reconstruction

Chapitre 6. L’ère d’Anaximandre : la dette et le cosmos [page 215]

Le monde d’Augustin 

La galère 

Le double registre de l’échange 

Le fragment

Une remarque de méthode

Chapitre 7. Copernic et la découverte des « mondes infinis » [page 245]

Les deux « révolutions » des modes de circulation 

Le radeau 

Absconditus 

Contingence 

Du cosmos à l’univers 

Hans Blumenberg : la modernité par défaut 

Les inventions 

1. L’infini

2. La perspective

3. Le zéro

4. L’argent moderne

La reproduction mécanisée

Une création ex nihilo

La plus-value monétaire (M – M’)

L’abstraction monétaire

La comptabilité en partie double

La dématérialisation

Conclusion 

Le radeau (suite)

Chapitre 8. Un changement de grammaire sociale : de l’échange à somme nulle à l’échange à somme positive [page 299]

La vie sociale sur le radeau 

Digression sur la mauvaise presse

Les prodromes d’une nouvelle grammaire sociale

Marsile Ficin et l’érotique du lien

Giordano Bruno : communauté d’immanence et infini

Le droit naturel, une protosociologie 

De l’infini en acte aux richesses illimitées

La découverte de l’échange marchand comme jeu à somme positive 

Digression sur le mercantilisme

La logique de l’échange à somme positive

Digression sur la loi de Ricardo

Conclusion 

Chapitre 9. Le système de le modernité, une reconstruction [page 355]

Comment la société est-elle possible ? 

Modernité et indifférence (HH) 

Digression sur l’eye contact

Un principe épidémique : l’émulation des profits (HC) 

Les infortunes du projet de paix perpétuelle (CC) 

Les illusions du perfectionnement de la nature (CN) 

La logique de l’aliénation (HN) 

Conclusion

Chapitre 10. Le tiers exclu [page 383]

Le tiers exclu

Le tiers augmenté : les externalités positives du principe du jeu à somme positive 

Les relations affinitaires (HH)

Digression : la question du consentement

L’espace public bourgeois (HC)

L’Europe (CC)

Nature anthropocénique (CN)

L’Homme augmenté (HN)

La contagion des idées 

Conclusion 

Sur l’île artificielle 

Quatrième partie. Leçons

Chapitre 11. Les inconséquences de la modernité [page 417]

Une nouvelle synthèse sociale 

Le paradoxe de Jameson

Abstraction monétaire et lois chrématistiques 

Chapitre 12. Une société sans échanges [page 459]

La formule de Black et Scholes

Hyperfétichisme

Georg Lukács

Fétichisme et hyperfétichisme

Les pratiques encartées

Alfred Sohn-Rethel

Métacritique de la marchandisation

La méthode de Bernie 

La société de Ponzi 

Digression : Quelles lois pour quelles sociétés 

L’éclipse de la réciprocité 

Conclusion [page 521]

L’escompte 

Profits without production 

Parler comme des agneaux, agir comme des loups

Et maintenant ? 

Coda 

Épilogue [page 545]

Remerciements [page 547]

Bibliographie [page 549]

Index onomastique [page 571]

Télécharger
AdP Haesler V5 (454.46k)

Avis de parution Haesler

Sur le même thème