Matière première, n°2/2012 Le déterminisme entre sciences et philosophie

Sous la direction de Pascal Charbonnat & François Pépin

30,00 €

  • Livre papier
  • eBook PDF
  • eBook ePub
Délais moyens : France métropolitaine (4 à 5 jours ouvrés) ; DOM-TOM (7 à 10 jours ouvrés) ; autres pays (7 à 15 jours ouvrés)
Paiement sécurisé
Livraison offerte

Depuis la célèbre fiction forgée par Laplace en 1814 dans ses Essai philosophique sur les probabilités – dite du démon de Laplace, abondamment commentée dans ce Matière première –, qui voit une intelligence infinie calculer selon certaines lois tous les états du monde, le déterminisme est un cadre central de la connaissance scientifique. Pourtant, de nombreux débats parcourent cette idée. Existe-t-il un seul paradigme déterministe, dont les modifications seraient en fait des variantes, ou faut-il pluraliser les déterminismes selon les sciences (biologiques, historiques et sociales, etc.) et les positionnements philosophiques ? Face aux limites des modèles déterministes et du cadre laplacien, qu’il s’agisse de mécanique classique, de mécanique quantique, de biologie, des sciences humaines ou de philosophie, doit-on accepter l’écart entre l’horizon de notre connaissance et sa mise en pratique, éventuellement en nuançant l’idéal laplacien, ou faut-il au contraire tenter de dépasser tout paradigme déterministe ? Tombe-t-on alors nécessairement dans l’indéterminisme ontologique, comme on l’a souvent affirmé précipitamment ? Enfin, philosophiquement, quelles sont les implications d’un déterminisme conséquent, en particulier sur le plan moral ?
Ce numéro de Matière première aborde d’une manière multiple et interdisciplinaire ces questions. Il articule des enjeux scientifiques, épistémologiques et philosophiques autour de la tension entre le déterminisme, ses critiques et l’indéterminisme. Epistémologues, historiens des sciences (naturelles et humaines), scientifiques et philosophes font le point sur les approches classiques et proposent de nouvelles perspectives.

Auteurs François Athané, Delphine Blitman, Cécilia Bognon Küss, Jean Bricmont, Pascal Charbonnat, Jean-Matthias Fleury, Michel Gondran, Julie Henry, Michel Paty, François Pépin, Charles T. Wolfe
Titre Matière première, n°2/2012
Sous-titre Le déterminisme entre sciences et philosophie
Édition 1re édition
Date de publication Mars 2012
Sous la direction de Pascal Charbonnat & François Pépin
ISSN 2110-5650
ISBN 978-2-919694-27-3
eISBN 978-2-919694-07-5
Support eBook PDF (couleur et hypertextes) ; Livre papier (noir et blanc)
EAN13 Papier 9782919694273
Nombre de pages 388
Dimensions 17 x 24 cm
Prix livre papier 30 €
Prix eBook PDF 20,00 €
Dewey 570, 100

Auteurs & résumés (page 9)

François Pépin, Introduction. Le déterminisme, le mot et les concepts (page 17)

1] Le concept sans le mot : le déterminisme laplacien

2] Les « déterminismes philosophiques »

3] Un déterminisme historique et social ?

4] Causes et lois

François Pépin, Claude Bernard et Laplace : d’un déterminisme physique vers un déterminisme proprement biologique ? (page 37)

1] Le déterminisme laplacien : mécanique, analyse mathématique et probabilités

[1.1] Le déterminisme laplacien et la mécanique rationnelle

[1.2] La construction du déterminisme laplacien et ses implications

[1.2.1] L’Exposition du système du monde

[1.2.2] L’Essai philosophique sur les probabilités

[1.3] Un déterminisme physique : observation, calcul et représentation

[2] Le déterminisme bernardien : physique, chimie, biologie et médecine

[2.1] Les formulations ambivalentes du principe déterministe

[2.1.1] Un déterminisme mathématique ?

[2.1.2] Déterminisme général et déterminismes particuliers

[2.2] Déterminisme, mécanisme et vitalisme

[2.2.1] L’interprétation de Canguilhem : la dissociation du déterminisme et du modèle mécanique

[2.2.2] Le déterminisme des conditions physico-chimiques contre le vitalisme

[2.3] Un déterminisme d’expérimentateur et de praticien

[2.3.1] Le déterminisme comme condition du travail expérimental

[2.3.2] Un déterminisme de médecin

[2.4] Physiologie, médecine et chimie

[2.5] Déterminisme physiologique et idée directrice

3] Conclusion

Julie Henry, Les enjeux éthiques de la pensée spinoziste : un déterminisme sans fatalisme (page 77)

1] Introduction : une pensée en apparence foncièrement paradoxale

2] L’esprit comme « manière de penser précise et déterminée »

[2.1] Le déterminisme comme moyen d’explication des actions et des idées

[2.2] Différentes manières d’incorporer le déterminisme : la spécificité humaine

3] La dimension fondamentalement temporelle du déterminisme spinoziste

[3.1] La déformation-formation affective du corps

[3.2] Le déterminisme comme explication rétrospective sans force prédictive

4] Les enjeux éthiques du déterminisme spinoziste

[4.1] Inversion de la temporalité de la morale traditionnelle

[4.2] Des changements au devenir : la cohérence d’une trajectoire de vie

5] Conclusion : le sens de l’éthique, entre modèle que l’on se donne et tâtonnement affectif

Charles T. Wolfe, Suspension du désir ou suspension du déterminisme ? Le compatibilisme de Locke (page 107)

1] L’analyse de Locke : inquiétude, détermination et suspension

2] Strates textuelles, contradiction interne ou complexité de la doctrine lockienne

3] Le déterminisme de Collins : radicalisation ou accomplissement du projet lockien ?

4] Conclusion

Delphine Blitman, Liberté et déterminisme : un point de vue neurobiologique est-il possible ? (page 133)

1] Liberté et neurobiologie

[1.1] Les origines de l’alternative : liberté ou déterminisme

[1.2] Le déterminisme neurobiologique

[1.3] Analyse de l’approche neurobiologique de la question du libre arbitre

2] Les deux erreurs de l’approche neurobiologique de la question de la liberté humaine

[2.1] « Naturaliser » la liberté

[2.2] La confusion entre le déterminisme et la nécessité

[2.3] Au-delà du compatibilisme et de l’incompatibilisme ?

3] Conclusion

Jean-Matthias Fleury, Histoire contrefactuelle et nouvelles perspectives sur le déterminisme historique (page 153)

1] La notion de déterminisme en histoire : des causes aux lois

2] La notion de déterminisme historique dans l’historiographie du xxe siècle : réduction nomologique de la causalité et résurgence contrefactualiste

3] L’analyse contrefactuelle des déterminations causales : de Max Weber à la sémantique des mondes possibles

[3.1] Weber : causalité et possibilités objectives

[3.2] Crise du déterminisme nomologique et analyse contrefactuelle

[3.3] Analyse contrefactuelle et sémantique des mondes possibles

[3.4] Jon Elster et la spécificité des contrefactuels historiques

François Athané, De l’immotivation du signe aux déterminismes sociaux : l’institution et la nature humaine (page 183)

1] Première approche du déterminisme et de la causalité

2] Quelques aspects de nos croyances sur les déterminismes sociaux

3] Les divers sens de « social »

4] De quelques propriétés typiques des faits institutionnels

5] De quelques contraintes pesant sur les faits institutionnels

6] L’herméneutique cosmique et les institutions

7] Deux conceptions de la causalité

8] Toute explication scientifique n’est pas causale

9] Le déterminisme implique la causalité

10] Il existe des lois scientifiques non causales

11] L’exemple de la loi d’Engel

12] Éléments de synthèse

13] Déterminismes institutionnels et intuition de l’humain

14] Thèses

Jean Bricmont, Déterminisme, chaos et mécanique quantique (page 223)

1] Comment formuler la question du déterminisme ?

2] Quelques remarques sur les probabilités

3] La théorie du chaos et ses implications

[3.1] De quoi s’agit-il ?

[3.2] Confusions à propos du chaos

4] Quid de la mécanique quantique ?

[4.1] Le problème

[4.2] La théorie de Bohm, comme solution possible

Michel GondranDéterminisme ontologique et indéterminisme empirique en mécanique quantique et classique (page 247)

1] Particules discernées et indiscernées en mécanique classique

[1.1] Particules indiscernées et équations statistiques d’Hamilton-Jacobi

[1.2] Particules discernées et équations ponctuelles d’Hamilton-Jacobi

2] Convergence vers des particules indiscernées

[2.1] Interprétation de Broglie-Bohm

[2.2] Convergence des trajectoires de Broglie-Bohm vers les trajectoires classiques

3] Convergence vers des particules discernées

[3.1] Convergence des états cohérents vers les équations ponctuelles d’Hamilton-Jacobi

[3.2] Interprétation pour le cas discerné semi-classique

4] Cas non semi-classique

5] Conclusion

Michel Paty, Le concept d’état quantique : un nouveau regard sur d’anciens phénomènes (page 271)

Note préliminaire pour la présente publication

1] Introduction. fonction d’état et « représentation directe » d’un système ou d’un état quantique

2] La non-séparabilité locale comme fait et comme principe

3] Systèmes individuels et transformation de la probabilité physique

4] Indiscernabilité et fonction d’état

5] État physique réel et superposition, état mesuré et projection

6] Phénomènes physiques liés à la propagation d’états de superposition

7] Avant la décohérence, la superposition

8] Conclusion

Pascal Charbonnat, Vers un déterminisme libéré de la cause (page 311)

1] L’illusion du concept de cause

[1.1] Le concept de cause cognitif commun (C4) : une illusion humaine

[1.2] Le concept de cause savant (CCS) : une illusion scientifique

[1.2.1] Les arguments de Russell

[1.2.2] Sauver la causalité

[1.2.3] La relation du tiers exclu (RTE) invalide les CCS

[1.3] De l’illusion cognitive à l’illusion savante

2] L’inutilité épistémique des concepts de cause savants (CCS)

[2.1] Les probabilités au secours de la cause

[2.1.2] Le concept de « propension »

[2.1.3] Sélection lexicale

[2.2] La cause comme idéal, approximation ou incommensurabilité

[2.2.1] L’idéal épistémique

[2.2.2] L’approximation utile

[2.2.3] L’incommensurabilité interdisciplinaire

[2.3] L’improbable utilité épistémique des CCS

3] Le déterminisme sans la cause

[3.1] Déterminismes et nécessités naturelles

[3.2] Le référent objectif hors cognition du concept de déterminisme neutre (CDN)

[3.3] L’intérêt épistémique du concept de déterminisme neutre (CDN)

[3.4] La portée matérialiste de l’approche neutre

4] Conclusion

Cécilia Bognon-Küss, Le vitalisme est-il un indéterminisme ? (recension) (page 377)

Sur le même thème