Le normal et le pathologique : des catégories périmées ? Textes réunis en hommage à Jean Gayon

Sous la direction de Mathieu Arminjon, Céline Cherici & Pierre-Olivier Méthot

A paraitre.

  • Livre papier
Délais indicatifs : France métropolitaine (3 jours ouvrés pour l'envoi gratuit) ; DOM-TOM (4 à 5 jours ouvrés) ; Autres pays (environ 8 jours ouvrés pour l'envoi gratuit ; vous avez aussi le choix dans le bon de commande d'un envoi rapide mais payant).
Paiement sécurisé
Livraison offerte pour la France métropolitaine, la Belgique et la Suisse

Dans sa thèse de médecine, soutenue en 1943, Georges Canguilhem a développé une critique de la conception scientifique et quantitative de la maladie, faisant valoir l’irréductible normativité des catégories du normal et du pathologique. Cette critique de l’objectivisme médical est étroitement liée chez Canguilhem avec une réflexion sur la normativité de la vie. Depuis 1943, le contexte de discussion a bien changé. En philosophie de la médecine, les débats ont été en grande partie structurés par l’alternative entre les conceptions naturaliste et normativiste de la santé et de la maladie, la normativité étant alors envisagée dans son aspect social et culturel, non au sens « biologique » de Canguilhem. Simultanément, la philosophie de la biologie et la philosophie de la médecine n’ont cessé de s’éloigner l’une de l’autre, une tendance lourde aujourd’hui remise en question par certains auteurs. Le style de recherche a aussi changé : l’approche « historico-épistémologique» chère à Canguilhem a perdu de son évidence, au profit d’un divorce croissant entre les travaux proprement historiques, et des études philosophiques de caractère analytique. Le contexte scientifique a aussi considérablement changé. Pour ne citer que quelques exemples, la notion épidémiologique de facteur de risque a discrédité l’idée d’une démarcation claire entre phénomènes normaux et phénomènes pathologiques ; la génétique médicale, l’immunologie, la médecine des troubles mentaux ont par ailleurs bouleversé l’explication, la nosologie et la prise en charge des pathologies. Enfin, la médicalisation croissante des sociétés contemporaines se traduit par une pathologisation d’innombrables problèmes dont la solution était traditionnellement sociale plutôt que médicale. Ce livre a pour ambition d’évaluer dans quelle mesure les catégories du normal et du pathologique ont connu une mutation et si elles sont toujours d’actualité.

Titre Le normal et le pathologique : des catégories périmées ?
Sous-titre Textes réunis en hommage à Jean Gayon
Édition 1re
Sous la direction de Mathieu Arminjon, Céline Cherici & Pierre-Olivier Méthot
ISSN 2494-7180
ISBN 978-2-37361-332-2
eISBN 978-2-37361-333-9
Support papier et ebook pdf
EAN13 Papier 9782373613322
EAN13 PDF 9782373613339
Nombre de pages 336
Nombre de figures 13
Dimensions 16 x 24 cm

Les auteurs (page 5)

Introduction (page 7) Mathieu Arminjon, Céline Cherici & Pierre-Olivier Méthot

Avant-propos (page 11) Olivier Perru

Conférence inaugurale (page 21) Le normal et le pathologique chez Georges Canguilhem (1904-1995) : une relecture

Anne Fagot-Largeault

1] Le doctorat de médecine, 1943

2] Le cours de philosophie de 1942-1943

3] Le doctorat de philosophie (doctorat ès lettres), 1955

4] Le cours de 1962-1963 à la Sorbonne

5] Le livre intitulé Le Normal et le pathologique, 1966

6] Nouvelles réflexions concernant le normal et le pathologique (1963-1966)

Partie 1. Problèmes d’épistémologie de la médecine

Chapitre 1 (page 37) Entre naturalisme bon teint et normativisme honteux : « Philosophe de la médecine, choisis ton camp ! »

Steeves Demazeux

1] La « maladie » : un concept garanti sans moraline ?

2] La tour d’ivoire théorique

3] Que la santé est préférable à la maladie

4] Entre science et morale : 1973 et la querelle autour de l’homosexualité

5] Conclusion

Chapitre 2 (page 57) Risque et maladie : confusion ou alternative ?

Élodie Giroux

1] Expliciter la confusion

1.1] Risque et facteur de risque : des concepts larges

1.2] Problème de la distinction entre cause de maladie et maladie

1.3] Modélisation probabiliste de maladies chroniques

2] Limites de l’analyse conceptuelle de la maladie pour la démarcation

2.1] Le critère fonctionnaliste pour la distinction entre risque et maladie

2.2] Mais… le risque sert aussi à définir le seuil de dysfonctionnement…

3] Par-delà le normal et le pathologique : une autre approche des phénomènes de santé

4] Conclusion

Chapitre 3 (page 77) La médecine personnalisée annonce-t-elle la fin du diagnostic ?

Maël Lemoine

Introduction] La fin annoncée du diagnostic médical

1] Généralité du diagnostic et particularité du cas

2] De la médecine à la médecine de la précision : les fondamentaux de la stratification

3] L’impact potentiel d’une démarche théranostique sur la démarche diagnostique

4] Un exemple d’approche sans diagnostic : la connectivity map

5] Conclusion

Chapitre 4 (page 91) Normativité, plasticité et normalisation : Canguilhem et les fondements bio-sociaux de la normalité

Mathieu Arminjon

1] Aux fondements de la physiologie moderne

2] La pathologie comme capacité transitive et les affres du subjectivisme

3] Normativité, normalisation, normalité

4] Une double critique

5] L’épidémiologie sociale de l’hypertension

6] La normalité biostatistique

7] BST : la naturalité des classes de référence en question

8] La BST et les présupposés ethnocentristes de la physiologie moderne

9] Conclusion : qu’avons-nous de mieux à faire que de définir objectivement la normalité ?

Partie 2. Le normal et le pathologique : le point de vue de la clinique

Chapitre 5 (page 113) Le traitement de l’infertilité en AMP : par-delà l’opposition normal/pathologique

Manon Vialle

1] Canguilhem, le normal et le pathologique : de l’opposition à la distinction

2] La prise en charge des infertilités inexpliquées et liées au vieillissement des femmes : des pratiques médicales par-delà l’opposition normal/pathologique

2.1] Les infertilités inexpliquées

2.2] Les infertilités féminines liées au vieillissement ovarien

3] Conclusion

Chapitre 6 (page 135) Étude du concept de spectre pour l’épistémologie psychiatrique : effets et méfaits sur les rapports du normal et du pathologique en pratique clinique. L’exemple des « troubles du spectre autistique »

Yann Crauss

1] Le spectre en psychiatrie : définitions et histoire

2] Composition du spectre en psychiatrie

2.1] La notion de continuité

2.2] L’opposition dimensionnel versus catégoriel

2.3] La notion de diathèse

2.4] Le rapport diagnostic/étiologie

2.5] L’opposition pratique clinique versus recherche en laboratoire

3] Le spectre de l’autisme

3.1] La composition du spectre appliquée à l’autisme infantile

3.2] Spécificités du spectre à l’endroit de l’autisme

3.3] Conséquences pour l’autisme de l’emploi du spectre

4] Conclusion et perspectives

Chapitre 7 (page 163) De la clinique à la méthode : le normal et le pathologique chez Jean Piaget (1920-1927)

Marc J. Ratcliff et André Elias Morelli

1] L’histoire des idées

2] L’unité matérielle de travail, les protocoles

3] La clinique dans le programme des explications d’enfants

4] Clinique et bicyclette

5] Les vagues d’investigation clinique

6] De l’anormal au retardé

7] Synthèse

8] Conclusion

Chapitre 8 (page 185) Normal et pathologique en clinique

Michael Saraga

1] Clinique

2] Au-delà de la clinique : petite anthropologie politique de la normalité

3] De la plainte à la demande

Partie 3. Le normal et le pathologique dans l’histoire des sciences

Chapitre 9 (page 197) La parole pathologique au XIXe siècle : normes et histoire

Camille Jaccard

1] De la thérapie à la sémiologie : un premier diagnostic fondé sur la parole

2] Normes pratiques et héritage rhétorique

3] Douteuse éloquence et normes sociales

4] Normes physiologiques au risque des conventions

5] Conclusion

Chapitre 10 (page 215) À la recherche de la vision normale : mesurer l’acuité visuelle au XIXe siècle

Corinne Doria

1] La naissance de l’ophtalmologie et des tableaux visuels modernes

2] L’œil et la vision « normaux »

3] Mesurer la vue

4] Conclusion

Chapitre 11 (page 231) Le microbiote : un concept entre le normal et le pathologique

Jean-Claude Dupont

1] De l’émergence du concept de flore intestinale au microbiote comme entité fonctionnelle

1.1] Flore intestinale et pathologie

1.2] Une théorie pathogénique : l’auto-intoxication intestinale

1.3] Flore intestinale et thérapeutique : les probiotiques

1.4] Le microbiote à l’ère moléculaire

1.5] L’identité médicale du microbiote

2] Le microbiote entre le normal et le pathologique

2.1] Le statut ambivalent des bactéries : esquisse d’une histoire

2.2] Le renforcement de l’ambivalence à l’ère moléculaire

2.3] La question du primum movens

2.4] Fonctions épistémologiques du microbiote et représentations induites de la maladie

3] Conclusion : la maladie au-delà du normal et du pathologique

Chapitre 12 (page 251) Les catégories du normal et du pathologique à l’épreuve de la neurodiversité

Denis Forest

1] L’introduction de la notion de neurodiversité

2] Le contexte scientifique de l’émergence de la neurodiversité

3] Neurodiversité et « espèces interactives » : doutes sceptiques

4] Conclusion

Épilogue (page 267) Jean Gayon face à Georges Canguilhem : une remontée en trois temps

Pierre-Olivier Méthot

1] « Un germe fut déposé » : les cours de Georges Canguilhem et de Suzanne Bachelard à la Sorbonne

2] « L’apprentissage de la positivité » : études de géologie et de biologie

3] À la rencontre des fondateurs de la synthèse moderne et de son histoire : Harvard et les débuts de « l’aventure conceptuelle »

4] Du recrutement à l’Université de Bourgogne à la soutenance de sa thèse

5] La mise à distance de la tradition française d’épistémologie historique

6] Redécouvrir la philosophie biologique de Canguilhem

7] Conclusion

Bibliographie (page 307)