Manuel d’épistémologie pour l’ingénieur.e

Collection : Essais

19,00 €

  • Livre papier
France métropolitaine (2 à 3 jours pour l'envoi gratuit). DOM-TOM (4 à 5 jours, payant). Autres pays, sauf Belgique et Suisse, envoi payant (environ une semaine).
Paiement sécurisé
Livraison offerte pour la France métropolitaine, la Belgique et la Suisse

Ce Manuel d’épistémologie pour l’ingénieur.e vient combler une lacune : les étudiants en école d’ingénieurs, tout comme les ingénieurs en exercice, ne disposent d’aucun manuel dédié qui leur permettrait d’aborder cette discipline dont ils ont pourtant de plus en plus besoin.

La nature du métier d’ingénieur a en effet beaucoup changé durant ces dernières décennies, mais aussi sa place dans la société : l’ingénieur travaille ainsi de plus en plus en relation avec des acteurs venus de domaines multiples, scientifiques ou non. Mais il peut aussi être critiqué dans ses actions, sur la base de critères (politiques, sociaux, éthiques, écologiques, etc.) qui ne sont pas les siens. Dans ce contexte, une réflexion sur son activité tant scientifique que technique, et surtout intégrée à la société, est nécessaire.

Organisé en neuf chapitres, cet ouvrage propose donc de fournir aux ingénieurs, actuels ou futurs, les repères conceptuels et les réflexions fondamentales en matière d’épistémologie, ainsi que les connaissances en histoire des sciences et des techniques afin de mieux comprendre leur évolution. Il apporte un éclairage à de nombreuses questions qu’un ingénieur peut se poser face à cette discipline : qu’est-ce que l’épistémologie ? à quoi sert-elle ? Quels en sont les grands courants ? Quels sont les rapports qu’entretient l’épistémologie avec la science mais aussi avec la technique ? Existe-t-il une épistémologie spécifique à l’ingénierie ? Quelles sont enfin les implications éthiques et sociétales de l’activité de l’ingénieur ?

Ce manuel, que les auteurs – tous deux enseignants en école d’ingénieurs – ont voulu court et accessible, vise donc à accompagner les ingénieurs dans leur pratique et leur réflexion aussi bien pendant leurs études que durant leur carrière professionnelle.

Auteurs Nicolas Brault, Michel J. F. Dubois
Titre Manuel d’épistémologie pour l’ingénieur.e
Édition 1re
Date de publication Février 2021
ISSN 2427-4933
ISBN 978-2-37361-276-9
eISBN 978-2-37361-277-6
Support papier & ebook pdf
EAN13 Papier 9782373612769
EAN13 PDF 9782373612776
Nombre de pages 230
Dimensions 16 x 24 cm
Prix livre papier 19 €
Prix ebook pdf 15 €

Présentation des auteurs (page 3)

Avertissement (page 5)

Introduction (page 9)

1] Pourquoi l’épistémologie ?

2] Travailler dans un monde complexe

3] Travailler dans un monde en pleine transformation

4] Penser son activité

Chapitre 1 (page 17) Tentative de définition de la science et de l’épistémologie

1] Questionnement et enquête

2] Qu’est-ce que la science ?

2.1] De la science aux disciplines scientifiques

2.2] Définition de la science

2.3] Raisonnement scientifique et modèle de l’explication en science

3] Qu’est-ce que l’épistémologie ?

3.1] Définition de l’épistémologie

3.2] L’épistémologie comme théorie de la connaissance : aperçu des enjeux

3.3] L’épistémologie comme histoire et philosophie des sciences

Chapitre 2 (page 35) Les grands courants de l’épistémologie aujourd’hui

1] Internalisme et externalisme

2] Une incarnation de l’externalisme : la sociologie des sciences

2.1] La sociologie des sciences de Merton

2.2] Le « programme fort » de Bloor

2.3] Le « programme empirique du relativisme » de Collins

2.4] La théorie de l’acteur-réseau de Callon et Latour

3] Constructivisme, relativisme et réalisme

3.1] La structure des révolutions scientifique selon Thomas Kuhn

3.2] Constructivisme et réalisme

3.3] Science et philosophie

Chapitre 3 (page 65) Brève histoire de la pensée scientifique et épistémologique

1] De l’Antiquité grecque au Moyen Âge

1.1] Les origines : Thalès et Pythagore

1.2] Les présocratiques

1.3] Platon et l’esprit de recherche

1.4] Aristote, le premier logicien et le premier naturaliste

1.5] La fin de la pensée antique : les philosophes hellénistiques

1.6] Le rasoir d’Ockham : premier principe épistémologique moderne

2] La Renaissance, ou l’avènement de la physique moderne

2.1] La révolution copernicienne

2.2] Galilée, ou le premier savant moderne

2.3] Francis Bacon, le fondateur de la pensée épistémologique

2.4] Descartes et la mise en place du programme scientifique occidental

2.5] Pascal et la première approche de la complexité

3] Du XVIIIe au XIXe siècle : de la naissance de la chimie et de la biologie modernes à celle des sciences humaines et sociales

3.1] La révolution kantienne

3.2] La création de la chimie et de la biologie

3.3] Claude Bernard et la théorie de la science expérimentale

3.4] Deuxième moitié du XIXe siècle : l’émergence des sciences humaines

3.5] Le XXe siècle et l’émergence de l’autonomie de l’épistémologie

Chapitre 4 (page 101) La transformation de la pensée moderne sur la science

1] Une vision évolutionnaire de la science et de la pensée sur la science

2] Quelques apports fondamentaux, de l’origine à la fin du XXe siècle

3] La révolution épistémologique du XXe siècle

3.1] Le falsificationnisme (ou la falsifiabilité)

3.2] De l’obstacle épistémologique au concept de paradigme

3.3] Une nouvelle épistémologie non prescriptive

3.4] Vers une épistémologie intégrative

4] Les sciences humaines transforment l’épistémologie

5] La théorie de l’information, à la convergence des sciences et de l’épistémologie

5.1] La physique

5.2] La statistique appliquée à l’agronomie et l’amélioration des plantes

5.3] Les télécommunications

6] La dépendance du chemin / dépendance au sentier

Chapitre 5 (page 125) Quelques repères conceptuels : causalité/corrélation, explication/compréhension, description/prédiction

1] Approche simplifiée de la causalité scientifique

2] La causalité scientifique confrontée à la théorie des causes d’Aristote

3] Le problème du hasard

4] La transformation de la cause finale

5] Expliquer, comprendre, prédire, formaliser

Chapitre 6 (page 143) Science et technique, une relation historique complexe

1] La technique est apparue avant l’espèce humaine

2] Le développement scientifique a eu besoin de la technique

3] La technique garde toujours une part d’autonomie vis-à-vis de la science

3.1] L’invention et l’innovation peuvent se passer de science

3.2] La science a besoin de la technique et parfois se construit sur une technique précise

3.3] La science conduit à une nouvelle forme de technique

Chapitre 7 (page 153) Philosophie de l’ingénierie et de la conception

1] De l’épistémologie pour les ingénieurs à l’épistémologie de l’ingénierie

2] L’ingénierie comme discipline et ses objets

3] Concevoir les aspects spécifiques des connaissances en ingénierie

4] En conclusion : philosophie et ingénierie, même combat ?

Chapitre 8 (page 165) Proposition de classification des sciences

1] Intérêt pour l’ingénieur

2] La complexité : le défi des sciences modernes

3] Une proposition de nouvelle classification des sciences

4] Les trois groupes de métasciences

4.1] Les mathématiques, ou la mathématique

4.2] L’épistémologie, ou les épistémologies

4.3] L’éthique, ou les éthiques

5] Les quatre groupes de sciences

5.1] Les sciences de la matière

5.2] Les sciences du vivant

5.3] Les sciences humaines en extériorité

5.4] Les sciences humaines en intériorité

5.5] Analyse détaillée

6] Critiques et perspective

Chapitre 9 (page 189) Une théorie de l’action éthique

1] Raison, science et action

1.1] La raison détrônée ?

1.2] La solidité de la science conservée

1.3] (Ré)apprendre à agir dans l’incertitude ?

1.4] Quel impact sur une théorie de l’action ?

2] Une action qui ne peut pas se passer d’éthique

2.1] Définitions : éthique et déontologie pour l’ingénieur

2.2] Fondements philosophiques de l’éthique : déontologie et téléologie

2.3] La critique éthique de la technologie, ou le retour de l’hétéronomie

2.4] Une éthique pour l’ingénieur en société : la théorie procédurale de la justice

Conclusion (page 213) Les principales recommandations pour l’activité de l’ingénieur.e

Bibliographie (page 219)