Sociologie fondamentale Etude d’épistémologie

Collection : Sciences & philosophie
  • Livre papier
Paiement sécurisé
Livraison offerte pour la France métropolitaine, la Belgique et la Suisse

Ce livre est un livre d’épistémologie de la sociologie. L’objectif est d’appliquer des méthodes analytiques pour clarifier le vocabulaire, expliciter des relations non apparentes entre concepts, dégager la portée d’une méthode, ou souligner les incohérences d’un programme de recherche.

Les questions épineuses ne sont pas écartées : Comment clarifier des notions confuses ? Peut-on mathématiser les concepts sociologiques ? Peut-on pratiquer la sociologie comme on pratique les sciences naturelles ? Quelle est la place du déterminisme ?

Chaque question est examinée à la fois dans sa structure logique et sur des cas concrets. La mathématisation est étudiée sur les mécanismes agrégatifs et sur les modèles de diffusion des innovations. La sociologie expérimentale – généralement méconnue dans la sociologie française – est étudiée sur des programmes de relogement, la diffusion de l’information ou la genèse de la solidarité sociale.

Le livre aborde frontalement la question du déterminisme, du naturalisme, du matérialisme et du scientisme, réputés intenables en sociologie. L’enquête montre que leur rejet résulte généralement de confusions conceptuelles. Une fois écartées, peu d’obstacles s’opposent à leur emploi en sociologie.

L’objet de ce livre est la sociologie fondamentale : ensemble des mécanismes qui structurent la production des connaissances sociologiques de base à partir de concepts, programmes ou principes, c’est-à-dire tout ce qui ne relève pas de l’expérience immédiate du terrain et des mondes sociaux.

Auteurs Dominique Raynaud
Titre Sociologie fondamentale
Sous-titre Etude d’épistémologie
Édition 1re
Support papier & ebook
Dimensions 16 x 24 cm

 

Introduction

1. La sociologie doit-elle suivre une démarche compréhensive ?  . . . . . . . . . . . . . . . .       1

2. Pour une épistémologie possibiliste. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     10

       2.1. Rapport à l’épistémologie normative. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     11

       2.2. Rapport à l’épistémologie descriptive et analytique  . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     12

       2.3. Examen des critiques. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     13

3. Plan du livre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     14

4. Références  . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     17

Partie 1. CONCEPTS

 

Chapitre 1. Concept et désajustement au réel : « contexte » . . . . . . . . . . . . . . . . . .    23

 

1. Usage du contexte dans l’explication sociologique. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     23

2. Apories et difficultés soulevées par le contexte. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     26

3. Un cas de réduction du contexte en sociologie des sciences. . . . . . . . . . . . . . . . . .     31

       3.1. La communauté scientifique  . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     31

       3.2. Les communautés auto-régulées  . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     32

       3.3. Les sous-communautés spécialisées  . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     32

       3.4. Des collèges invisibles aux réseaux de collaboration  . . . . . . . . . . . . . . . . . .     33

4. Conclusion. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     36

5. Références  . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     37

 

Chapitre 2. Concept et pensée partisane : « anthropocène », « technique ». . . . . .    41

 

1. Idéologie et pensée partisane. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     41

       1.1. Idéologie. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     42

              1.1.1. L’idéologie comme système d’idées organisé. . . . . . .. . . . . . . . . . . .     42

              1.1.2. Caractère normatif-prescriptif. . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . .     42

              1.1.3. Consentement  . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     42

              1.1.4. Visée de réalisation  . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     42

              1.1.5. Légitimation d’un rapport de domination  .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     42

              1.1.6. Fausseté. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     43

       1.2. Religion  . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     43

       1.3. Utopie. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     43

       1.4. Théorie. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     43

       1.5. Pensée partisane. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . .     44

2. Anthropocène. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     46

3. Technique. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     48

4. Conclusion. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     51

5. Références  . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     51

 

Chapitre 3. Concept et contingence logique : « ghetto » . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     55

 

1. Le tableau de contingence logique. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     55

2. Revue des conditions de définition du ghetto  . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     58

       2.1. Pauvreté  . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     60

       2.2. Institution autonome  . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     60

       2.3. Périphérie. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     62

       2.4. Stigmatisation   . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . .     62

       2.5. Fermeture. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     64

       2.6. Captivité   . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     66

       2.7. Résidence. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     68

3. Définition du ghetto. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . .     69

       3.1. Définition. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     70

       3.2. La judería de Murcia 1412–1492. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     70

       3.3. Le barracón de Flor de Sagua 1856–1886. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     71

       3.4. La léproserie de Nagashima 1953–1996  . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     73

       3.5. Types et sous-types de ghettos. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     73

       3.6. Situer un cas nouveau  . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     78

4. Conclusion. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     80

5. Références  . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     80

Partie 2. Programmes

 

Chapitre 1. Sociologie de l’agrégation et non-commutativité . . . . . . . . . . . . . . . .     87

 

1. Origine historique du concept d’agrégation. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     87

2. Présentation des paradoxes agrégatifs. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     90

       2.1. Le paradoxe de Condorcet. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     91

       2.2. Le paradoxe doctrinal  . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     96

3. Le paradoxe doctrinal est-il un paradoxe ?  . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     99

       3.1. Paradoxe doctrinal apparenté au cas Condorcet  . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     99

       3.2. Paradoxe doctrinal différent du cas Condorcet  . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .   100

              3.2.1. Notations  . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .   100

              3.2.2. Ordre procédural  . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .   101

              3.2.3. Calcul booléen de l’agrégation majorité-conjonction. . . . . . . . . . . . .   102

              3.2.4. Calcul booléen de l’agrégation majorité-disjonction  . . . . . . . . . . . . .   103

              3.2.5. Calcul booléen de l’agrégation majorité-majorité. . . . . . . . . . . . . . . .   104

              3.2.6. Conclusion : non-commutativité  . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .   107

4. Paradoxe doctrinal et non-séparabilité des prémisses  . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .   107

       4.1. Non-séparabilité des prémisses dans l’exemple juridique. . . . . . . . . . . . . . .   108

       4.2. Non-séparabilité des prémisses dans les autres cas. . . . . . . . . . . . . . . . . . . .   108

5. Conclusion. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .   109

6. Références  . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .   112

 

Chapitre 2. Sociologie des réseaux de diffusion  . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .   117

 

1. Origine de l’étude des réseaux de diffusion. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .   118

2. Le modèle logistique  . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .   120

3. Les modèles à compartiments  . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .   123

4. Les processus empiriques de diffusion  . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .   126

5. Expliquer les anomalies. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .   128

       5.1. Discrétude du réseau  . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .   129

       5.2. Hétérogénéité du réseau. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .   130

       5.3. Anisotropie du réseau   . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .   132

6. Test des indices DHA. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .   137

7. Conclusion. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .   140

8. Références  . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .   142

 

Chapitre 3. Sociologie et physique statistique. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .   147

 

1. Caractères présumés de la sociologie. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .   147

2. Origine de la physique statistique exotique. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .   150

3. Quand peut-on dire qu’une avancée est significative? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  155

       3.1. Nouveauté  . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .   156

       3.2. Robustesse  . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .   156

       3.3. Disciplinarité  . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .   156

4. La physique statistique obtient des résultats nouveaux. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .   157

5. La physique statistique obtient des résultats robustes  . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .   158

6. La physique statistique obtient des résultats sociologiques. . . . . . . . . . . . . . . . . . .   159

7. Caractères épistémologiques de la physique statistique. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .   162

8. Retour sur les épistémologies sociologiques. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .   164

9. Conclusion. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .   166

10. Références  . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .   167

 

Chapitre 4. Sociologie expérimentale. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .   173

 

1. Rappels sur la méthode expérimentale. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .   174

Section 1. Examen des arguments anti-expérimentalistes. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .   175

       1. Argument de la complexité des faits sociaux. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .   176

       2. Argument de la subjectivité et de la liberté humaine  . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .   178

       3. Argument de la relation observateur-observé. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .   180

       4. Argument de la singularité des contextes socio-historiques. . . . . . . . . . . . . . .   182

       5. Conclusion  . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .   184

Section 2. Critique des travaux de sociologie expérimentale  . . . . . . . . . . . . . . . . . . .   185

       1. Fausses expérimentations  . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .   186

       2. Pseudo-expérimentation  . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .   187

       3. Expérimentation indirecte. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .   188

       4. Quasi-expérimentation  . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .   189

       5. Expérimentation contrôlée  . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .   191

       6. Expérimentation en laboratoire   . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .   193

       7. Conclusion  . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .   196

       8. Références   . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .   197

              8.1. Travaux de sociologie expérimentale. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .   197

              8.2. Autres travaux   . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .   202

 

Partie 3. Principes

 

Chapitre 1. Déterminisme méthodologique. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .   207

 

1. Origines du déterminisme  . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .   207

2. Déterminisme(s). . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .   210

       2.1. Déterminisme ontologique vs. méthodologique  . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .   210

       2.2. Déterminisme causal vs. fonctionnel. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .   210

       2.3. Déterminisme exact vs. statistique. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .   211

       2.4. Indéterminisme   . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .   211

3. Le déterminisme sociologique. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .   214

       3.1. Identité du vocabulaire. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .   214

       3.2. Le déterminisme de Marx  . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .   215

       3.3. Le déterminisme de Durkheim   . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .   217

       3.4. Le déterminisme de Weber. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .   219

       3.5. Formes du déterminisme contemporain. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .   221

4. Y a-t-il une alternative indéterministe ?. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .   225

       4.1. Existence de solutions indéterminées  . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .   226

       4.2. Existence de points de vue   . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .   228

5. Conclusion. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .   230

6. Références  . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .   231

 

Chapitre 2. Naturalisme méthodologique  . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .   235

 

1. Origine du naturalisme sociologique. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .   237

2. Apports du naturalisme  . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .   244

       2.1. Graphes aléatoires de Barabási  . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .   244

       2.2. Mesure de la centralité d’intermédiarité  . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .   246

3. Limites du naturalisme : le modèle de Ising. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .   249

       3.1. Première critique  . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .   252

       3.2. Deuxième critique  . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .   253

       3.3. Troisième critique  . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .   253

4. Vers une sociologie magnétique. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .   256

5. La sociologie est-elle une science humaine ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  257

6. Conclusion. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .   260

7. Références  . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .   260

 

Chapitre 3. Matérialisme méthodologique. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .   267

 

1. Définitions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .   267

       1.1. Matérialisme ontologique. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .   267

       1.2. Matérialisme épistémologique. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .   269

       1.3. Matérialisme méthodologique. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .   270

2. Les arguments antimatérialistes en débat  . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .   270

       2.1. Argument de la concevabilité. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .   270

       2.2. Argument de l’intentionnalité. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .   271

       2.3. Argument de la connaissance. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .   273

       2.4. Argument de l’auto-réfutation. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .   274

       2.5. Argument de l’explication. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .   275

       2.6. Deux nouveaux arguments matérialistes de bas niveau   . . . . . . . . . . . . . . . .   276

              2.6.1. Argument de la redéfinition du concept. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .   276

              2.6.2. Argument de la structure dialogique. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .   278

3. De quoi l’antimatérialisme est-il capable ?. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .   278

       3.1. Oublier les individus et les groupes sociaux  . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .   279

       3.2. Forger des catégories abstraites. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .   285

       3.3. Décontextualiser les faits pour les réinterpréter. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .   286

       3.4. S’enfermer dans des modélisations  . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .   287

       3.5. Confondre matérialisme et matérialité des data. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .   292

4. Conclusion. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .   294

5. Références  . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .   295

 

Chapitre 4. Scientisme méthodologique. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .   301

 

1. Origine du mot « scientisme »  . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .   301

2. Significations du terme  . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .   303

       2.1. La science comme résolution de tous les problèmes pratiques  . . . . . . . . . . .   303

       2.2. Application de la science à l’organisation de la société  . . . . . . . . . . . . . . . .   304

       2.3. La science, substitut de la religion. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .   305

       2.4. Application de la méthode scientifique  . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . .   307

3. Examen du scientisme méthodologique. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .   310

       3.1. Spiritualisme et erreur  . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .   311

       3.2. Confusionnisme et erreur. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .   312

       3.3. Occultisme et erreur. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .   313

       3.4. Scepticisme et erreur  . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .   314

       3.5. Autres positions  . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .   315

4. Défense du scientisme méthodologique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .   316

4. Conclusion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .   316

5. Références . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .   317

 

Conclusion. La vérité à l’ère de la post-vérité  . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .   313

 

1. Un tableau de contingence logique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .   325

2. La théorie éliminativiste de la vérité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .   327

       2.1. Thèse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .   327

       2.2. Critique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .   327

3. Les théories de la subalternation de la vérité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .   329

       3.1. Subalternation de la vérité à l’utilité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .   329

              3.1.1. Thèse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .   329

              3.1.2. Critique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .   330

       3.2. Subalternation de la vérité au pouvoir . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .   330

              3.2.1. Thèse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .   330

              3.2.2. Critique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .   331

       3.3. Subalternation de la vérité au consensus social . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .   332

              3.3.1. Thèse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .   332

              3.3.2. Critique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .   333

4. La théorie cohérentiste de la vérité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .   324

       4.1. Thèse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .   334

       4.2. Critique   . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .   334

5. La théorie correspondantiste de la vérité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .   336

       5.1. Thèse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .   336

       5.2. Critique   . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .   337

       5.3. La correspondance comme adaequatio. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .   338

       5.4. La correspondance comme isomorphisme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .   338

       5.5. La correspondance comme mapping. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .   340

              5.5.1. Échantillonnage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .   340

              5.5.2. Filtrage   . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .   340

              5.5.3. Exemple   . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .   341

6. Conclusion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .   344

7. Références . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .   345

 

Index des personnes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .   349

Index des concepts  . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .   371

 

Sur le même thème