Le positif, le normatif et la philosophie économique

Sous la direction de Sina Badiei, Gilles Campagnolo, Agnès Grivaux
Collection : E-conomiques

A paraitre.

  • Livre papier
Délais indicatifs : France métropolitaine (3 jours ouvrés pour l'envoi gratuit) ; DOM-TOM (4 à 5 jours ouvrés) ; Autres pays (environ 8 jours ouvrés pour l'envoi gratuit ; vous avez aussi le choix dans le bon de commande d'un envoi rapide mais payant).
Paiement sécurisé
Livraison offerte pour la France métropolitaine, la Belgique et la Suisse

Le rapport entre positif et normatif est une question méthodologique et théorique centrale en économie. À ce titre, les débats de la littérature spécialisée réclament une synthèse précise, à défaut de la cartographie exhaustive qui paraît une gageure. Le présent ouvrage le reconnaît volontiers en montrant qu’il est pertinent de revenir sur ces enjeux et qu’il est opportun d’élaborer ou d’ouvrir certaines perspectives jusqu’ici peut-être moins explorées.

Le point de vue des coordinateurs de ce volume part du constat que l’étude du rapport entre positif et normatif reste précieuse pour la pensée et la philosophie économiques : l’enquête met en évidence des distinctions essentielles, entre normes, valeurs et faits, ou entre l’activité de description, la prescription et l’évaluation, et concernant des notions comme la causalité dans le champ épistémique, la justice et l’intérêt dans le champ éthique. S’ajoutent des leçons instructives pour penser le rapport entre positif et normatif en défendant la primauté de l’un (le positif, le plus souvent) ou de l’autre (le normatif, plus rarement), ou en les séparant. Force est de constater que les écoles de pensée les plus divergentes peuvent se rejoindre, voire s’accorder sur des positions inattendues. Favoriser le positif, voilà qui réunit des économistes d’écoles de pensée aussi influentes et diverses que les écoles marxiste, autrichienne ou de Chicago : celles-ci, et d’autres, trouvent leur place dans ce volume, ainsi que des approches méthodologiques variées (pragmatisme, bayésianisme, théorie des négociations).

S’il semble qu’un consensus valorisant les approches positives en économie y obère la recherche, à quoi est-il dû ? L’histoire de la pensée économique permet-elle de dégager quelques positions venant nuancer cette position ? Des perspectives philosophiques peuvent être adaptées à cet effet et l’importance des pratiques est également à relever, peut-être pour mieux valoriser les approches normatives en économie.Telles sont quelques-unes des approches traitées dans les douze éminentes contributions réunies dans cet ouvrage à partir d’un colloque tenu en décembre 2020.

Auteurs Sina Badiei, Gilles Campagnolo, Agnès Grivaux
Titre Le positif, le normatif et la philosophie économique
Édition 1re
Sous la direction de Sina Badiei, Gilles Campagnolo, Agnès Grivaux
Support papier et ebook pdf

1re partie : Positif et normatif dans l’histoire de la pensée économique : quatre cas d’étude

 

Daniel DIATKINE : Économie normative et économie positive, prescription et théorie : Quesnay et Smith face à la bêtise

 

Étienne BALIBAR : Ni « normativité » ni « positivité » : qu’est-ce qu’une « critique » de l’économie politique ?

 

Patrick LANG : Inculquer ou extirper l’esprit du capitalisme ? Le primat du normatif selon Gustav Schmoller et Max Scheler

Gilles CAMPAGNOLO : Fin de l’idéologie allemande : l’idéologie autrichienne. Positivité et normativité dans l’œuvre de Carl Menger (1840-1921)

 

2ème partie : Perspectives philosophiques sur le positif et le normatif en économie

 

Laure BAZZOLI et Véronique DUTRAIVE : Questionner la séparation entre le positif et le normatif en économie avec le pragmatisme de John Dewey

 

Anna LONGO : Théorie de la décision bayésienne : positive ou normative ?

 

Michel OLIVIER : De quelles normativités peut-on parler en économie ?

 

Pierre de SAINT-PHALLE : L’économie politique entre pratiques normatives, normatrices et positives

 

3ème partie : Le positif et le normatif dans la pensée et dans l’action économiques

 

Carlo BENETTI & Antoine REBEYROL : Le rôle de la méthode normative dans la théorie néoclassique positive

 

Morgane DELORME : La normativité en action : l’impossible neutralité des interventions de la Banque Centrale européenne sur les marchés financiers

 

Kevin LEPORTIER : Une économie normative sans préférences ? Critère d’opportunité et préférence pour la liberté

 

Emmanuel PICAVET : Aspects positifs et normatifs du traitement du compromis dans la négociation