Conserver le vivant Les biobanques face au défi de la médecine personnalisée

A paraitre courant septembre 2022.

  • Livre papier
Paiement sécurisé
Livraison offerte pour la France métropolitaine, la Belgique et la Suisse

Les biobanques sont des infrastructures dédiées à la collecte, à la préparation et à la conservation au froid d’échantillons biologiques (sang, cellules, fragments de tumeurs, etc.) destinés à être utilisés pour la recherche biomédicale. Si les pratiques de conservation du vivant à des fins de connaissance sont très anciennes, le développement actuel de la médecine des données massives, personnalisée et de précision, rend indispensable la mise à disposition des chercheur.e.s d’échantillons biologiques standardisés et de haute qualité. Les biobanques ont ainsi acquis au cours des vingt dernières années une importance stratégique considérable.

Ce livre propose d’étudier les biobanques en croisant trois perspectives : celle de l’histoire des sciences, afin de comprendre comment les biobanques, tout en s’inscrivant dans l’histoire longue des collections du vivant, s’en démarquent pourtant ; celle de l’épistémologie, afin d’analyser la fabrique des connaissances biomédicales à partir des collections biologiques ; celle enfin de la philosophie des techniques, assumant que les échantillons gagnent à être étudiés comme de véritables objets techniques. Au carrefour de ces trois perspectives, il s’agit d’examiner les enjeux éthiques du biobanking ainsi que les relations inédites qui se nouent entre le vivant et la technique dans la biomédecine contemporaine. Pour cela, les études réunies ici font la part belle aux enquêtes de terrain ainsi qu’aux analyses des professionnels des biobanques.

Titre Conserver le vivant
Sous-titre Les biobanques face au défi de la médecine personnalisée
Date de publication Septembre 2022
ISSN 2494-7180
ISBN 978-2-37361-360-5
eISBN 978-2-37361-361-2
Support Papier & ebook
EAN13 Papier 9782373613605
EAN13 ePub 9782373613612
Nombre de pages 344
Dimensions 16 x 24 cm
Prix livre papier 28 €
Prix ebook ePub 23 €

Les auteur.e.s (page 3)

Introduction (page 9) Emanuele Clarizio, Céline Chérici, Jean-Claude Dupont, Xavier Guchet, Yves-Édouard Herpe

Partie 1 Histoire : des collections anatomiques aux biobanques

Chapitre 1 (page 21) Gilles Duverlie & Jean-Marie Sueur 

Les premiers pas de la Biobanque de Picardie

1] Des problèmes nouveaux

2] Montée en puissance de la Biobanque de Picardie

3] Conclusion

Chapitre 2 (page 31) Bruno Strasser

Des cabinets de curiosité aux bases de données électroniques : les sciences sous le pilotage des données

Chapitre 3 (page 41) Céline Chérici

Les différentes techniques de préparations anatomiques. Vers une typologie des collections

1] Signification épistémologique de la conservation des corps : un cheminement vers la monstration médicale

2] Du XVIIIe au XIXe siècle : l’expansion des méthodes

3] Musées et mises en collection : vers une typologie ?

4] Conclusion

Chapitre 4 (page 61) Claire Crignon

Collecter et autopsier : quelle utilité contemporaine pour une collection d’anatomie pathologique ?

1] Des musées d’anatomie-pathologique aux biobanques et à la virtopsie : vers une obsolescence des collections ?

2] L’exemple de la collection d’anatomie-pathologique Dupuytren : la collecte comme complément indispensable de l’autopsie

3] Quelle utilité contemporaine pour les collections et l’autopsie ? Reposer la question du rapport de la médecine aux maladies et à la mort

4] Conclusion

Partie 2 Les biobanques et la recherche biomédicale

Chapitre 5 (page 85) Yves-Édouard Herpe

La recherche et les biobanques en santé humaine : et si l’histoire restait encore à écrire ?

1] Quel type de recherche pour les échantillons mis à disposition par les biobanques ?

1.1] De l’usage des échantillons biologiques humains en recherche

1.2] Le projet de recherche doit-il préexister à la mise en collection ?

2] La biobanque doit-elle porter des travaux de recherche ?

2.1] Pourquoi les biobanques n’ont pas (ou n’ont que marginalement) d’activités propres de recherche

2.2] Quel champ de recherche pour les biobanques en santé ?

2.2.1] Comment définir l’expertise d’une biobanque ?

2.2.2] Comment définir le domaine d’expertise d’une biobanque ?

2.2.3] De la variation des conditions préanalytiques dans les protocoles

3] Conclusion. La recherche dans les biobanques en santé : quelles perspectives ?

Chapitre 6 (page 101) Jean-Claude Dupont

Biobanques et biomarqueurs. Commencements et histoires entrelacés

1] La dynamique générale : la métamorphose de l’acte de collectionner en « biobanking » pour la recherche

2] Les commencements : les collectes d’échantillons de l’épidémiologie médicale

2.1] La médecine numérique et la médecine de laboratoire jusqu’aux années 1950

2.2] Des facteurs de risque aux biomarqueurs ou l’émergence des biobanques (1950-1980)

3] L’entrée en maturité : biobanques, biomarqueurs et médecine de précision (1980-2020)

3.1] Les difficultés de l’épidémiologie classique

3.2] Le renouveau des biomarqueurs

3.3] L’extension et la maturité des biobanques

4] Conclusion

Chapitre 7 (page 119) Emanuele Clarizio

La production de la valeur épistémique des ressources biologiques dans les biobanques

1] Matérialité et technicité des ressources biologiques

2] Le double sens de la ressource biologique

2.1] Les ressources biologiques comme objets technoscientifiques

2.2] Les ressources biologiques comme objets scientifiques

3] Conclusion

Chapitre 8 (page 135) Géraldine Gallot

Monter et faire fonctionner un centre de ressources biologiques hospitalier

1] Monter un CRB : l’exemple du CHU de Nantes

2] Fonctionnement du CRB du CHU de Nantes

3] Questions ouvertes et conclusions

Chapitre 9 (page 151) Nathalie Dufay

Le consentement des patients et la gestion des données : deux enjeux cruciaux pour NeuroBioTec

Partie 3 Les biobanques, la clinique et l’éthique

Chapitre 10 (page 157) Jeanne-Hélène di Donato

L’éthique des biobanques au-delà du consentement des donneurs

1] Une éthique scientifique : une organisation professionnelle, transparente et contrôlée pour être acceptée par la société

1.1] Une dénomination pour être connu

1.2] Un encadrement pour être reconnu

1.3] Une organisation pérenne pour répondre aux attentes

2] Une éthique individuelle : les donneurs, plus qu’une source d’échantillons, de vrais partenaires

2.1] Précision de l’information : une notion à revoir pour les biobanques

2.2] Consentement adapté aux missions des biobanques

2.3] Consentement dynamique et participatif

3] Une éthique sociétale : gestion optimisée pour atteindre la performance

3.1] Procédure de gestion des demandes pour une valorisation transparente

3.2] Le catalogue pour une visibilité accrue

3.3] La participation aux réseaux thématiques pour augmenter l’excellence scientifique

4] Conclusion

Chapitre 11 (page 177) Xavier Guchet

Les échantillons biologiques : quels objets pour quels soins ?

1] Les biobanques et le défi de la médecine personnalisée, entre cure et care

2] Un rapport complexe et ambigu au soin

3] L’objet-échantillon : de quel type d’objet s’agit-il ?

4] Conclusion

Chapitre 12 (page 209) Fabien Milanovic

Ce que les biobanques font au vivant. Et réciproquement. Le cas des tumorothèques en France

Introduction] Biobanques et Science and Technology Studies (STS)

A] Les biobanques comme espaces de pratiques hybrides

B] Explorer les pratiques concrètes des biobanques

1] Mettre en banque, c’est produire des ressources et des circuits

1.1] Une économie morale des tumeurs cancéreuses : le cas de l’hôpital Saint-Louis

1.2] Un marché de biens et de services pour des produits dérivés illimités : le cas du cancéropôle du Grand Sud-Ouest (GSO)

2] Hétérogénéité des pratiques bioéconomiques dans les biobanques : au-delà du droit

2.1] Processus de bio-objectification et pratiques de valuation

2.2] Pluralité des régimes d’agentivité et enjeux de régulation

3] Conclusion

Chapitre 13 (page 235) Gaia Barazzetti & Alain Kaufmann

Consentir, participer, gouverner : la santé personnalisée dans le miroir des biobanques

1] Émergence des biobanques pour la médecine « personnalisée » en Suisse

2] Le consentement « général » : un nouveau dispositif éthico-juridique controversé

2.1] Recruter les patients en milieu in-hopitalier

2.2] Pourquoi participer à une biobanque ?

2.3] Consentir n’est pas participer !

3] Consulter pour mieux gouverner : une nécessité en situation d’incertitude et de controverse

3.1] Restituer ou ne pas restituer les résultats individuels de la recherche sur le génome

3.2] Entre avancées de la recherche et priorités de santé publique

4] L’indispensable participation des publics : consensuelle… mais sous-développée

5] L’entrée en scène des co-chercheurs : un cadrage inattendu de la santé « personnalisée »

6] Conclusion : embarqués jusqu’au cou, dans l’intérêt des communs

Chapitre 14 (page 255) Alexandra Soulier

Harmoniser pour mieux régner : enquête sur la bioéthique au cœur d’une infrastructure européenne de biobanques

1] L’infrastructure de recherche : un label, une notion, un projet

1.1] L’infrastructure de recherche européenne, un statut administratif emblématique de la méthode ouverte de coordination

1.2] L’infrastructure de recherche, une catégorie d’analyse

1.3] Le projet d’une infrastructure de biobanques européenne

2] Harmoniser pour mieux régner

2.1] Ce que les acteurs donnent à voir

2.1.1] Démonstration

2.1.2] Transparence

2.1.3] Schématisation

2.2] Le débat standardisation/harmonisation à l’épreuve des faits : quelle mission pour le service ?

2.3] Espace global et questionnement sociétal

2.4] Le pouvoir de la technique

3] Conclusion

Partie 4 Collectionner le vivant non humain

Chapitre 15 (page 283) Stéphane Tirard

Les grainothèques : un exemple de conservation et de préservation grâce à des espaces biotechniques de temporisation

1] Conserver les graines : de multiples finalités

1.1] Conserver pour cultiver et commercer

1.2] Conserver pour collectionner, échanger, expertiser : les graines au Jardin du roi

1.3] Institutionnaliser la distribution de la diversité : le cas du Muséum national d’histoire naturelle

2] Préserver la diversité : se prémunir face au futur

2.1] Sauver la diversité génétique

2.2] Un cas résolument emblématique : le Seed Vault du Spitzberg

3] Les grainothèques : des espaces de modification de la temporalité des graines

3.1] La vie latente : une propriété biologique naturelle ou artificiellement induite

3.2] La transformation de la relation entre spatialité et temporalité : des espaces biotechniques de temporisation

4] Conclusion

Chapitre 16 (page 301) Frédérique Sauvaget

Place des bio-collections animales en médecine personnalisée : histoire, recherche et éthique

1] Historique du CRBA d’Oniris et fonctionnement

2] Biobanques et recherche

3] Éthique des biobanques

3.1] Consentement, information des propriétaires d’animaux et protection des données personnelles – cession et/ou vente des échantillons biologiques de patients animaux ?

3.2] Expérimentation animale – règle des 3 R

3.3] Impact environnemental des biobanques

4] Conclusion

Bibliographie (page 317)