L’impératif de la sobriété numérique L’enjeu des modes de vie

Collection : Essais

24,00 €

France métropolitaine (2 à 3 jours pour l'envoi gratuit). DOM-TOM (4 à 5 jours). Autres pays (environ 15 jours pour l'envoi gratuit ; vous avez aussi le choix dans le bon de commande d'un envoi rapide – 4 à 5 jours– mais payant).
Paiement sécurisé
Livraison offerte

2020 est l’année de la sobriété numérique : entre la Feuille de route sur l’environnement et le numérique du Conseil national du numérique, l’avis du Sénat et le rapport du Shift Project, le sujet n’a jamais été aussi présent. Le déploiement de la 5G est interrogé, voire contesté : ne va-t-il pas accélérer le déluge de données ? La sobriété n’est-elle pas devenue un impératif ? N’implique-t-elle pas de questionner la 5G, voire d’enclencher une dénumérisation ? Cela revient-il à adopter le « modèle Amish », comme l’a dit l’exécutif ? Le numérique n’a-t-il pas connu des gains phénoménaux en matière d’efficacité énergétique, depuis l’ENIAC en 1945 qui consommait 150 kW, pour guère plus de 5 000 opérations par seconde ? N’est-il pas une troisième révolution industrielle, inéluctable, voire même un stade supérieur de l’humanité ? N’est-il pas aussi une très bonne manière de devenir milliardaire ? Cet ouvrage montre que oui, le numérique suit une trajectoire écologique et énergétique inquiétante : c’est le secteur dont l’empreinte environnementale croît le plus vite. Oui, le numérique s’est « imposé ». Mais quand, comment, pourquoi, par qui ? Le lecteur trouvera des réponses dans ce travail fouillé de philosophie sociale, qui poursuit plusieurs buts distincts : définir le numérique, qui s’avère dépendre plus de la logistique que de Gutenberg ; montrer comment nous sommes devenus dépendants du numérique, en explorant les rapports du Credoc, de Xerfi ou de l’Arcep ; détailler les enjeux écologiques du numérique, au sein d’un cadre théorique dérivé de James C. Scott, autour du concept de « schème étatique » ; analyser le positionnement de divers acteurs dans ce qui fait l’historicité contemporaine ; théoriser ce que sont les modes de vie et comment ils évoluent, avec une thèse forte : c’est « l’effet de réseau » qui caractérise l’historicité humaine, un enjeu mésosociologique qui braque le projecteur sur les architectures de choix, à rebours des débats qui opposent les petits gestes et la révolution.

Vidéo de présentation (4 mn 27 s) :

Auteurs Fabrice Flipo
Titre L’impératif de la sobriété numérique
Sous-titre L’enjeu des modes de vie
Édition 1re
Date de publication Novembre 2020
ISSN 2275-9948
ISBN 978-2-37361-258-5
eISBN 978-2-37361-259-2
Support papier et ebook pdf
EAN13 Papier 9782373612585
EAN13 PDF 9782373612592
Nombre de pages 406
Nombre de figures 42
Dimensions 16 x 24 cm
Prix livre papier 24 €
Prix ebook ePub 19,99 €

Remerciements (page 3)

Avertissement (page 5)

Introduction (page 7). L’enjeu de la sobriété est celui du contrôle de l’historicité

1] L’impensé écologique du numérique … 18

2] La norme du suffisant. De Pierre Rabhi à André Gorz … 31

3] Prendre au sérieux l’enjeu des modes de vie … 38

4] La sobriété dans la théorie politique … 42

5] Distinguer la liberté de la domination. En partant de James C. Scott … 48

6] Face au déferlement numérique : trois chapitres, trois arguments … 54 

Chapitre 1 (page 69). La numérisation des modes de vie

1] La numérisation rapide de la vie quotidienne … 74

1.1] Comment le smartphone s’est « imposé » … 76

1.2] Les chemins tortueux mais implacables de l’innovation numérique … 91

1.3] Une numérisation choisie ? Marketing et contrôle de l’historicité … 101

2] Les transformations du système productif … 115

3] La France numérique au sens de la NAF, 1990-2020 … 120

3.1] Les télécommunications se démultiplient et accélèrent le débit … 121

3.2] L’informatique étend son empire et ses moteurs …………… 129

3.3] L’Internet, la logistique (de l’information) au service de la logistique (physique) … 136

3.4] Et les « contenus » dans tout ça ? Le secteur audiovisuel … 145

4] L’Europe : la lutte contre la fracture numérique au service de la compétitivité … 154

5] Au niveau mondial : le numérique comme accélération asymétrique des circulations … 159

6] Que faire ? Ruse de l’histoire, socialisation du « digital fix » ou utopies concrètes ? … 169

6.1] Qu’est-ce qu’une « plate-forme », dans le fond ? … 170

6.2] Les caractéristiques remarquables de l’économie de réseau … 173

7] Les modes de vie sont des réseaux. Cinq thèses … 186

8] Accélérationnisme, digital fix et schèmes étatiques réinterprétés à l’aune des modes de vie … 191

Chapitre 2 (page 203). Numérique : une trajectoire incompatible avec les équilibres vitaux de la biosphère

1] Enjeux mondiaux des flux de matière et d’énergie … 206

1.1] Le calcul et ses limites physiques : l’illusion de l’abondance infinie … 207

1.2] Toujours plus « pervasif », toujours plus vorace en énergie … 213

1.3] La matérialité du déferlement numérique … 225

1.4] Reste-t-il des « réserves » ? à quel prix ? … 230

1.5] Plastiques et toxiques … 243

2] La France dans l’illusion de la maîtrise … 245

2.1] Énergie : « jusqu’ici, tout va bien » … 245

2.2] Matière : des filières de recyclage partiellement en place … 136

2.3] Toxiques : la France exemplaire à peu de frais … 252

3] L’insoutenable croissance entropique de l’information n’est (toujours) pas à l’agenda public … 252

Chapitre 3 (page 263). L’union sacrée autour de l’efficacité, pour maintenir la direction de l’historicité des modes de vie

1] Autorités publiques : vers la croissance verte … 271

2] Entreprises : vers l’économie circulaire et « de fonctionnalité » ? … 283

2.1] Les industries du numérique : renouvelables, efficacité énergétique et économie circulaire réduite au recyclage de matière … 286

2.2] Les télécoms, aux abonnés absents … 294 

2.3] L’audiovisuel, désinformé … 295

2.4] Le numérique dans les autres secteurs, au regard de la question écologique … 303

3] ONG, syndicats de salariés et autres acteurs-charnière … 310

4] Les consommateurs destinataires de multiples injonctions contradictoires … 321

5] La foi dans la technologie, moyen d’éviter une innovation systémique … 346

Conclusion (page 355). Que faire ? Mettre fin à l’utopie des flux infinis, reprendre la main sur les filets, et donc sur les pêcheurs

1] Modes de vie : reprendre le contrôle de l’historicité … 359

2] La maitrise des modes de vie contre les réseaux de braconniers … 369 

3] Programme pour une sobriété numérique … 375

Liste des acronymes et sigles (page 401)

Sur le même thème